Déclaration de guerre mondiale: armée rouge, front de libération palestinien (Sekigun-P.F.L.P: Sekai sensô sengen), Wakamatsu et Adachi, 1971

Publié le par Carcharoth

Déclaration de guerre mondiale: armée rouge, front de libération palestinien (Sekigun-P.F.L.P: Sekai sensô sengen), Wakamatsu et Adachi, 1971

 

 

http://img220.imageshack.us/img220/4193/pflp.jpg

 

 

Révolution et cinéma, idéologie et guerre, Marxisme léninisme et troisième voie. Adachi et Wakamatsu. Ce sont peut être les couples et oppositions (?) de ce film.

Réalisé par les deux compères lors d'un arrêt au proche orient alors qu'ils se rendaient au festival de Cannes (une époque révolue les amis! Aujourd'hui on va chez son esthéticien avant le festival), ce documentaire de propagande au titre aussi long que barbant (que nous résumerons donc par PFLP par la suite) est un témoignage d'une époque aujourd'hui close. Une époque où l'on se disait léniniste, où l'on lisait le petit livre rouge en arabe et où des militants français et japonais venaient faire leurs armes (ou apprendre aux locaux à les faire) dans les montagnes libanaises sous la direction de Habache et ses hommes. Aujourd'hui c'est en lisant le coran version hamas que l'on combat l'impérialisme.

Bref, Adachi et Wakamatsu ont vécu au Japon comme en Palestine à l'époque des révolutions et des luttes armées, des premiers détournements d'avions et autres actions violentes au nom de Marx, Mao ou Staline (selon la région). PFLP n'est d'ailleurs qu'un brûlot réclamant la guerre mondiale révolutionnaire, l'union de tous les fronts antiimpérialistes prolétaires et qui se déclare être un film de propagande, tout en rappelant que la meilleure façon de faire de la propagande est la lutte armée, et que les armes sont le langage des peuples oppréssés. Aujourd'hui un tel message ne passerait sans doute pas, d'ailleurs à l'époque il a valu à ses auteur les contrôles de toutes les polices du monde, l'interdiction de débarquer en Israël et aux USA (entre autres) et le joyeux qualificatif de terroristes.

 

http://img155.imageshack.us/img155/4193/pflp.jpg


Cela gênera Wakamatsu pour financer et diffuser ses films suivants, mais lui donnera aussi sans doute un regard bien plus juste sur les mouvements de gauche japonais, notamment étudiant, qu'il décryptera fréquemment dans ses pinku. Masao Adachi retourna lui en Palestine et s'enrôlera dans les rangs du PFLP jusqu'en 1997, année où il sera arrété et extradé au Japon où il purgera une peine de deux ans de prison.

Artistiquement le film est assez limité, souvent flou et se compose de témoignages anonymes ou à demi voilés, de démonstrations de montage/démontages de AK-47, filmant très régulièrement et de manière quasi fétichiste les lances roquettes, grenades et autres fusils possédés par le PFLP. Le fait de ne jamais montrer que des groupes d'hommes, avec une mise au point raté s'explique peut être dans l'une des interview dont est composé le docu : pas de héros, pas d'individus, seule compte la cause et le combat. On voit d'ailleurs souvent les soldats plongés dans la cause, à savoir les œuvres de Lénine, Mao, … Images de livres, images d'armes, images du détournement japonais de 1969 et de celui du PFLP qui se soldat par l'assaut de l'armée israélienne. Le tout en fond des commentaires de divers combattants arabes, japonais et français. On voit la vie de tous les jours de ces hommes et femmes, reclus dans de petits villages et prêt à la lutte à chaque instant.

 http://img801.imageshack.us/img801/922/pflp4.jpg

A ce propos il faut noter qu'à cette occasion Adachi et Wakamatsu mettent en pratique la « théorie du paysage », apparue en 1969 (Kaneto Shindo, Oshima puis Adachi avec son AKA Killer) dans laquelle les artistes (d'avant garde) montre « que ce que nous voyons nous fait » et explique dans quelle mesure la reconstruction sous les ordres et les valeurs américaines (entendez impérialistes) du japon a modifié physiquement et psychiquement le peuple japonais, l'aliénant. Ces films parlaient en effet souvent d'inégalités sociales, de meurtriers presque « malgré eux » et appelaient au renversement de cette situation. Dans PFLP on entend souvent les combattants parler alors qu'à l'écran défilent les paysages lors de transports en voitures, au début dans une ville puis dans les campagnes et les montagnes.

 

http://img560.imageshack.us/img560/4183/pflp3.jpg

Adachi et le PFLP continueront de se battre pour la libération de la Palestine, avec le succès que l'on sait (!), tandis que Wakamatsu s'en retournera au Japon faire de l'agit-prop, cette arme-pellicule en poche. Elle constitue au passage une très bonne introduction a son récent United Red Army où l'on peut voir analysée la raison de la présence de nombreux nippons en Palestine...

 

Pas un chef d’œuvre, pas une œuvre d'art, non, une arme, un film propagande, voilà ce qu'est PFLP, déclaration de guerre mondiale armée rouge.

 

On peut voir le film gratuitement ici.

 

 

 

Carcharoth

Publié dans Japon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article