A Beautiful Life (Mei Li ren Sheng), Andrew Lau, 2011

Publié le par asiaphilie

A Beautiful Life (Mei Li ren Sheng), Andrew Lau, 2011

 

 

 

beautifullife

 

On connait Andrew Lau, réalisateur hongkongais pour sa fabuleuse trilogie Infernal Affairs, depuis adaptée avec succès par Scorsese (The Departed). Mais depuis 1997, sa ville natale ne fait (presque) plus qu'un avec l'immense république populaire de Chine. Immense aussi est son potentiel de spectateur et exponentielle et la croissance de son industrie cinématographique. Voilà pourquoi Lau tourne maintenant avec des producteurs chinois (et toujours avec d'autres hongkongais bien sur) et s'entoure de deux grandes stars bien connues du public : Liu Ye et Shu Qui. Ça tombe bien pour lui, ils sont tous deux aussi connus des critiques occidentales (surtout Shu Qui, grâce à de nombreux films sélectionnés lors de festivals un peu partout autour du globe).

 

Beautiful-Life-2011-Movie-Image-3-290x160Qi-Shu-and-Liu-Ye-A Beautiful Life n'a rien à voir avec Infernal Affairs, ni avec Legend of the Fist sorti récemment. C'est une romance, un beau mélo de deux heures avec une fin... typique !

Jugez plutôt : Fang Zhendong est un policier modèle, à Beijing. Divorcé depuis quelques années, il s'occupe seul de son jeune frère (Zhen Cong) autiste. Un soir, il rencontre par hasard Li Peiru, ivre qui vient de se faire poser un lapin par son petit ami, un homme marié. Il la raccompagne chez elle. Quelques jours plus tard, ils se recroisent et échangent cette fois ci leurs numéro. A partir de cet instant Fang va voler à de nombreuses reprise au secours de la jeune femme, hongkongaise et un peu perdue dans la capitale. Malgré son ambition elle n'arrive pas à monter les entreprises dont elle rêve, d'autant qu'elle continue à courir après cet homme qui se moque d'elle et se paye le luxe d'avoir d'autres amantes. Ce n'est que lorsqu'elle sera retourné à HK, sans le sou qu'elle se rendra compte de l'amour qu'elle porte pour Fang. Ce dernier qui a assisté avec bonheur à l'union de son frère avec une muette vient de se rendre compte qu'il souffrait de pertes de mémoires dûes à un traumatisme crânien antérieur, et il s'est fait virer de la police. Et il perd en effet petit à petit ses moyens. La jeune femme va alors tout faire pour rattraper le temps perdu...

 

Beautiful-Life-Still-350x261

 

Andrew Lau, même si on ne s'en doute pas vu de France, connait très bien les ficèles de ce genre de film pour en avoir déjà réalisé plus d'un. Aussi ne doit-on pas être surpris devant l'incontestable réussite d'A Beautiful Life. La durée du film ne doit pas non plus vous rebuter, car même si voir des comédies romantiques de deux heures est rare, ces deux ci passent particulièrement bien. Surtout si on est sensible aux charmes (et ils sont nombreux) de Shu Qui. La première partie notamment est parfaite et particulièrement réussie quand à son rythme, équilibré à merveille entre les petits épisodes de vie des deux protagonistes et leurs rencontres, entre le triste et le joyeux. Bien que très calme, ce début est le morceau le plus réussit du film qui par la suite s'emballe un peu (relativement) pour livrer plus de grand sentiments, d'embrassades et de rebondissements tragiques. Car dans sa grande simplicité, A Beautiful Life est vraiment beau, j'ai envie de dire mignon, intelligent, pas mièvre du tout, emballant pour le spectateur lambda qui veut bien suivre ces deux superbes acteurs dans les prémices de leur amour, même si la situation est un peu « cliché » (comme disent nos amis américains).

 

Beautiful-Life11


Il faut en effet souligner la qualité du jeu de ces deux acteurs. Attardons nous un peu plus sur Shu Qui, plus connue (et plus belle, non mais soyons honnête !) et dont la démarche est intéressante à plus d'un titre. Car en effet, si on a pu la voir dans certains des meilleurs films d'Hou Hsiao Hsien (après qu'elle ait débuté sa carrière par des films un peu plus... chaud et où sa plastique a été décisive!) elle restait relativement peu présente en Chine continentale (elle est Taïwanaise), puisque ses apparitions étaient dues à des productions hongkongaises. Petit point géopolitique qui vous fera briller lors du prochain diner : Hong-Kong, bien que province chinoise depuis 1997 (pour aller vite, la situation est en fait bien plus complexe!) est une cité de langue cantonaise. En Chine du Nord et de l'Est, on parle le mandarin (et c'est la langue officielle), langue que parle couramment Shu Qui puisque c'est aussi celle de son pays natal. Mais ses films « made in HK » eux, n'étaient pas accessibles facilement dans l'immense marché chinois ! D'où l'importance pour elle à présent de tourner aussi dans des films en mandarin, histoire de pénétrer (comme disent nos amis économistes) le marché du film « continental ».

 

beautifullife2011 Beautiful-Life-Andrew-Lau2


Cela explique aussi (et ceux qui ont vu le film en VO pourront le remarquer) pourquoi, lorsqu'elle est bourrée, lors de la première scène où ils se rencontrent elle alterne les deux langues selon qu'elle se parle ou qu'elle s'adresse à Fang.

 

Transition toute trouvée pour moi, puisque selon Andrew Lau ce film peut aussi être vu comme une métaphore des rapports entre la Chine et Hong-Kong, lesdeux personnages étant comme des archétypes de leur villes. L'un serviable, rigoureux et fier de respecter toutes les règles, l'autre fantasque, d'apparence superficielle mais industrieuse et entreprenante. Le film est d'ailleurs l'occasion d'une visite de Beijing (Pékin) de ses plus beaux quartiers aux recoins les moins modernes.

 

beautiful life stilltian liang

 

On a donc un bon cocktail dans A Beautiful Life, avec des acteurs excellents, une histoire romantique, belle, triste juste ce qu'il faut, une bonne musique bien comme il faut, un réalisateur parmi les meilleurs (et donc coté technique, ça envoie!). L'alchimie prend très bien, on est emporté par la valse de ce film, bien que la toute fin soit un petit peu décevante à mon goût.

 

Un film à ne pas rater cependant !

 

 

 

Carcharoth

 

Petite séquence émotion:


 

Publié dans Chine et HK

Commenter cet article

Jean Luc Martin 28/10/2016 06:23

Bravo pour ces commentaires et merci de nous initier à ce cinéma asiatique que je découvre film après film grâce à un blog qui mérite d'être recommandé à tous ceux qui comme moi vivent en Asie ou s'y intéressent.N'hésitez pas à nous communiquer régulièrement les films sous-titrés en anglais afin qu'on puisse les découvrir... avant qu'ils soient supprimés de you tube. ;)