Thirst, Park chan Wook vampirise le spectateur !

Publié le par Nostalgic-du-cool

Thirst, Park chan wook, Corée, 2009.

Le Pacte

Ouéééé, voila le PCW nouveau, et contrairement au beaujolais qui est toujours mauvais, lui est invariablement fidèle aux attentes des fans (qui par principe de toutes façons, ne sont jamais déçus...). Après Old Boy, Lady Vengeance et autres Sympathy for mister vengeance qui l'ont fait connaitre en Europe, après le politique JSA, voici le réalisateur touche à tout qui s'attaque au film de vampire. Mais comme me l'a si bien défini mon compère Nostalgic (qui l'avait vu avant moi, comme de coutume), c'est un anti Twilight en puissance (et tant mieux, désolé Ashtray !). On y retrouve le débonnaire Song Kang Ho, et le très bon Shin ha Kyun. Le premier n'étant en fait pas si débonnaire que cela puisque c'est lui le héros de ce film. Prêtre en Corée, il décide de participer à un programme de recherche très risqué sur une maladie qui ne touche que les hommes seuls asiatiques ou blancs (ce qui explique pourquoi les médecins sont tous noirs et que l'hospice soit en Afrique francophone...). Il décède, mais une transfusion sanguine le sauve miraculeusement. Il guérit aussi sec, et devient un miracle vivant. Mais sa peau a de plus en plus de mal à supporter le soleil... Vous l'avez compris, il devient vampire. Le voila obligé de boire du sang pour survivre, ce en quoi les comateux de l'hopital lui sont bien utile ! Mais outre sa vie nocturne et son appétit hémoglobinique, sa vampiritude éveille en lui un désir charnel bien humain (ce qu'il n'est paradoxalement plus !), celui de faire l'amour, d'aimer une femme. Et le voila dans les bras, ou entre les cuisses si vous préférez de la sœur d'un de ses très anciens amis complètement bêta et hypocondriaque. A la suite d'évènements biens naturels dans ce genre de situation, le bonhomme meurt (est aidé à mourir...), la femme adultère devient vampire, et dépasse le maitre en termes de cruauté. Lui qui ne tuait jamais personne vient de donner naissance à un monstre sanguinaire, qui ne rêve que de profiter de sa nouvelle "vie", histoire de rattraper le temps perdu avec l'idiot.

Kim Ok-Bin et Song Kang-Ho. Le Pacte

Comme on peut s'en douter avec Park Chan Wook, la réalisation est passablement sanglante (et quoi de plus normal dans ce genre de film, qui plus est asiatique), l'hémoglobine gicle tarantinesquement, le sang coule par litres, les veines sont tranchées gouluments, parfois au court d'ébats quasi sexuels (ou carrément sexuels). C'est une débauche de bacchanales dionysiaques ; mais à trop débaucher, le prêtre à des accès de mauvaise consciences, témoignages de son ancienne cure. L'une d'elle notamment, lorsque le couple, se faisant passer pour des gens tranquilles invite d'anciens amis pour une partie de mah jong. Mais ces derniers découvrent le pot aux roses, et se font égorger aussi sec par la compagne de l'ex prêtre, déchainée. La scène ou elle rigole en imitant la mièvrerie de l'une des invités est tout bonnement démoniaque ! Un vrai régal, ou un sacré frisson ! Pour le reste le film est bien construit, il passe très bien et vite, pour peu que l'on soit bien assis. La photographie, le jeu des acteurs, la musique ; rien n'est négligé, tout est bon. le flot de sang peut en révulser plus d'un, mais après tout, c'est un film de vampire... La fin est surprenante, comme nous le disions à l'opposé de la vision romantique et sexy du vampirisme, se rapprochant peut être plus de ce que Anne Rice est son Lestat décrivaient (j'ai bien dit rapprochant, pas équivalent). Song Kang Ho montre encore une fois qu'il est capable de tout jouer, et pas seulement les idiots bedonnants. Shin ha Kyun, on le savait déjà, est un grand acteur ; quand à la jeune femme qui leur donne la réplique, Kim Ok vin, elle semble posséder un potentiel plus qu'intéressant, elle qui sans être débutante était plutôt habituée aux séries télé. Est ce son talent ou celui de la réalisation, l'avenir nous le dira.

 Que dire de plus, sinon que c'est un film à voir, spécial pour le genre, surprenant et troublant.


Carcharoth

Et maintenant, comme promis, la contre critique d'Ichimonji !

« Thirst : Ceci est mon sang » de Park Chan-Wook : Tu ne filmeras point


 Inutile de présenter le cinéaste coréen Park Chan-Wook, réalisateur ultra-connu qui a su se faire respecter et reconnaître de la cinéphilie la plus exigeante et intellectuelle « art et essai » autant que d'un grand public friand de films à sensation forte, violents et pervers.

D'abord avec « JSA : Joint Security Area » en 2000, le bougre avait su démontrer qu'il était un faiseur de spectacle, de bon spectacle, engagé politiquement mais aussi emprunt d'une volonté de toucher un large public. D'où un record au box-office coréen qui a fait date, surpassant « Titanic » et faisant parti au coté d'autres métrages d'une affirmation de cette nouvelle vitalité du cinéma coréen en ce début de XXIème siècle. 2002 est une année charnière dans la filmographie de Park, et un véritable tournant avec le polémique et terrifiant « Sympathy for mister Vengeance », film ultra-violent, glaçant, sans limites, qui à travers le destin en miroir de deux personnages pris dans une quête de vengeance, tissait en filigrane un portrait effroyable de la société moderne. C'est aussi le premier volet d'une trilogie aujourd'hui passée au rang de culte, centrée autour du thème directeur de la Vengeance, autour duquel Park Chan-Wook, ancien étudiant en philosophie, construisait diverses réflexions vastes et audacieuses sur la moralité, le Mal et le péché, la rédemption, la nature humaine, la société, l'incommunicabilité entre les êtres, et la peinture d'un monde chaotique, déshumanisé, vidé de sa substance et de ses valeurs, et réduit à un état de perversion sans retour...S'ensuit ainsi deux autres volets, « Old Boy » qui est pour Park la consécration absolue de sa carrière avec notamment le fameux Grand Prix décerné à Cannes en 2004 par le président Quentin Tarantino (et qui a fait parlé de lui), et au final « Lady Vengeance », chapitre conclusif très réussi mais qui a néanmoins reçut un accueil des plus mitigé parmi les critiques et le public.

Song Kang-Ho. Le Pacte

Après cette épopée des plus éprouvante pour Park Chan-Wook, une petite récréation s'imposait, comme en témoigne la bouffée d'air frais doucement folle que constitue « I'm a cyborg but that's ok », comédie loufoque racontant une histoire d'amour entre deux patients dans un hôpital psychiatrique. Là aussi, le succès n'est pas au rendez-vous et les critiques commencent à parler d'une perte d'inspiration  de la part  de l'ami Park depuis « Lady Vengeance ».

S'en suit maintenant 2009 qui, pour sûr, constituera là aussi une date importante dans la filmographie du coréen, avec son dernier petit monstre « Thirst, ceci est mon sang », qui fit la surprise de tous sur la croisette en recevant de la part d'un jury particulièrement prestigieux (citons entre autre l'américain James Gray, le turc Nuri Bilge Ceylan, le coréen Lee Chang-Dong, la pulpeuse actrice hongkongaise Shu Qui et aussi bien entendu notre Isabelle Huppert nationale, rien que ça !) un prix du Jury partagé avec « Fish Tank » de la réalisatrice britannique Andrea Arnold. Ce prix marque sans doute un nouvel élan dans la carrière de Park même si cela n'empêche qu'il continue toujours de diviser...ou plutôt dirons-nous qu'il ne laisse personne indifférent !

Aussi voyons de quoi il retourne : Sang-Hyun est un prêtre catholique dévoué, dont la foi est inébranlable. Sage et paisible, c'est un homme bon et généreux qui dédie sa vie entière à aider les autres et à les soulager dans leurs tourments et leur peine. Contre l'avis de ses collègues et du dirigeant de son abbaye, celui-ci se porte volontaire pour tester un vaccin contre une maladie inconnue et étrange qui ravage le continent africain. Lors du test, celui-ci succombe tout naturellement à la maladie, mais une transfusion sanguine d'origine inconnue le ramène subitement et miraculeusement à la vie. De retour en Corée, il est adulé par les croyants comme un homme capable d'accomplir des miracles et des exploits divins. Cependant, Sang-Hyun se voit petit à petit se transformer, changer, notamment au niveau de ses sens qui s'aiguisent et semblent hypersensibles à l'environnement. La situation se complique lorsqu'il devient la proie de pulsions violentes et subites, inextricables et qui le saisissent la nuit.

Kim Ok-Bin. Le Pacte

 C'est alors que parmi les gens qui viennent le voir « en pèlerinage », Sang-Hyun retrouve son ami d'enfance Kang-Woo, et sa femme Tae-Joo, qui est maltraitée par sa belle-mère et asservie par son mari, malade incurable et puéril dont elle doit s'occuper comme d'un enfant. Les deux jeunes gens s'éprennent d'une passion commune et sauvage qui va les pousser aux limites de la morale, de l'humanité et de la raison... A la lecture du synopsis, on est absolument bluffé par l'extrême simplicité de l'intrigue, et en même temps le génie de celle-ci, avec une utilisation du mythe du vampire tant et tant rabâché, mais ici exploré à merveille et dans toute la richesse de ses problématiques et ambiguïtés. Tout est là...mais cependant si tout est là, il n'en sera malheureusement rien du film, qui, s'il part sur une excellente lancée, dérape dans les moments les plus importants de l'intrigue, c'est-à-dire les gros virages, que Park ignore totalement et préfère continuer sa ligne droite à toute berzingue pour ensuite se vautrer dans le mur. Car oui, disons le dès maintenant pour ne pas maintenir un suspense inutile, « Thirst » est un chef d'oeuvre raté et terriblement frustrant.

Le film démarre avec une séquence plutôt réussie qui pose bien les bases de l'histoire : nous sommes dans une salle d'hôpital et un homme est en train d'agoniser. Celui-ci se confesse une ultime fois au prêtre Sang-Hyun, qui l'écoute tranquillement, un sourire angélique et apaisé sur le visage, plein d'amour et de bonté. L'homme lui confesse qu'une fois il avait acheté une gourmandise mais qu'il y a renoncé lorsqu'il a croisé des enfants affamés dans la rue. « Est-ce que Dieu sauras s'en rappeler ? » demande t'il au prêtre, et à ce dernier de répondre, tout aussi rayonnant « Mon fils, Dieu se rappelle de tout ». L'homme meurt. Générosité, amour, Bien, humanisme, pardon et rédemption, pêché et monstruosité, tels sont les thèmes socles de l'histoire, et de notre personnage, lesquels doivent bien sur voler en éclats...ce qui ne sera finalement pas le cas, Park Chan-Wook préférant écarter d'un grand coup de bras tout ce « blabla philosophico intellectuel de pédale » (sans doute ne l'a-t-il pas formulé ainsi mais bon ça revient à ça !) et préfère plutôt se focaliser finalement sur ce qu'il y avait de mois intéressant dans l'histoire, justement la fameuse histoire de vampire le sang plein les babines et dont l'entrejambe lui démange sacrément...Exit les questionnements moraux, la remise en question de la foi et l'humanisme du personnage, exit la réflexion sur la condition humaine, mais bonjour la belle orgie de plus de 2 heures où on filme des massacres à répétition, de toute les manières possibles et imaginables, les parties de jambes en l'air cul-cul à « l'érotisme » (avec des gros guillemets s'il vous plait) qui n'échaufferait que des pré-puberts de 14 ans, et des sous-intrigues tordues, très souvent bouffonnes et inutiles, ne faisant qu'office de remplissage et de complexification narrative et scénaristique...pour rien.

Le tableau général fait donc l'office d'un grand vide, non seulement sur le fond, mais pire encore sur la forme qui devient extrêmement lassante et même consternante du fait d'un humour lourdaud, pipi-caca (on a connu quand même plus fin qu'un Shin Ha-Kyun qui se met à lâcher un prout alors qu'il est à table...) et des acteurs qui, s'ils sont plutôt bons, jouent dans le mauvais film (un Song Kang-Ho impeccable mais au personnage mal écrit et une Kim Ok-Vin à la plastique superbe certes, mais dont le personnage sombre dans la platitude parfaite...En gros elle n'est là que pour échauffer le public et simuler l'orgasme pendant deux heures ...). Encore aurions-nous eu au final un bon film de genre vampirique qui tient la route, mais là aussi, la déception s'impose : « Thirst » n'a ni le lyrisme et le romanesque sublime d'un « Entretien avec un Vampire » de Neil Jordan, ni la classe et l'esthétique baroque et érotique d'un « Dracula » de Francis Ford Coppola.

Song Kang-Ho. Le Pacte

 L'ensemble constitue un exercice de style, un film de genre peu passionnant et ennuyeux dont l'intérêt n'est que la répétition de séquences extrêmes et choquantes (et pourtant on n'atteint pas l'horreur totale de la trilogie vengeresse de Park) filmés par une caméra virtuose, mais dont la virtuosité est totalement vaine et prétentieuse. On connaissait pourtant Park comme un véritable esthète...mais là, par cette surenchère d'artifices, on vire au canular, et la plastique du film se rapproche plus du décor Ikea, que du véritable travail de plasticien de talent. Pour couronner le tout, le film, qui se veut une libre adaptation du roman d'Emile Zola, « Thérèse Raquin » se sert plus de cette idée comme d'un prétexte, comme d'un espèce de gadget intellectuel pour décorer...Bien sûr on retrouve la trame de l'adultère, du meurtre passionnel et de la culpabilité, mais cette trame ne représente que 30 à 40 minutes sur un film de plus de 2 heures...et la culpabilité des personnages est d'autant plus étonnante qu'elle n'est que passagère et se dissipe on ne sait comment, engloutie par une autre sous-intrigue inutile, comme un chat cache sa crotte avec de la terre en un coup de patte...On ne retrouve à aucun moment le climat d'hystérie lourde et sauvage du livre, ni la violence et la perversité de l'histoire, encore moins un portrait social consistant et intéressant (exploit que Park avait accompli dans « Sympathy for Mister Vengeance » en conjuguant film de genre ultra-violent à un portrait social saisissant et extrêmement lucide). Certes d'une certaine manière pouvons-nous y voir une parabole sur le pourrissement des valeurs, et la violence des relations humaines au sein d'une société et d'un monde où générosité, humanisme, et Amour ne sont plus que des enveloppes sans consistance, mais quand bien même, on ne retrouve cette idée que de manière résiduelle, cachée dans les quelques détours labyrinthiques d'un film qui se perd en lui-même...

Aussi « Thirst » s'achève sur une fin pathos, pseudo rédemption inexpliquée, avec notamment le personnage de Tae-Ju, qui de femme vampire assoiffée de sang et prédatrice sans pitié dont la violence est mue par les années et les années d'enfermement et de mépris subies par sa famille, redevient gentille comme une héroïne de dessin animé, fin totalement incohérente et peu inspirée où les amants s'envoient à la mort, au cours d'une scène d'un romantisme forcé.

 Ainsi, quelques heures après avoir vu le film et l'avoir un peu digéré, on se demande bien ce qu'on peu retenir de « Thirst »...Et bien un grand vide, une belle enveloppe creuse et prétentieuse, finalement plus embarrassante qu'autre chose.
A oublier de toute urgence, parce que « Thirst », ceci est un bide...

 Ichimonji    (Note **)


Et bien il n'aura pas fait l'unanimité ce Thirst de Park Chan Wook, il aura déçu certains surpris d'autres. Moi je fais partie de la deuxième catégorie, voire plus, moi je ne crains pas l'exagération et j'affirme avoir été ébloui par ce film qui est l'une des propositions de cinéma les plus folles et sensationnelles que j'ai vu depuis un moment. En ces temps de retour à un certain puritanisme (mouvement qu'incarne bien Twilight appelé aussi Saga du désir interdit...) de rigueur et d'austérité cinématographique (Le Ruban Blanc avec son noir et blanc sévère et son moralisme intransigeant) ou de fausse subversion et pseudo provocation j'ai trouvé fort agréable de découvrir ce Thirst délire visuel ahurissant, d'une puissance et d'une sincérité frappante. Une œuvre parfois inégale, incohérente, un projet casse gueule qui ose l'excès, l'outrance parfois le cliché mais pour moi cela ne tombe pas dans le ridicule ou le grotesque comme l'ont pensé certains mais cela penche plutôt vers une audace provocatrice, une certaine envie d'absolu sans concession, un film de tous les excès totalement assumé. En effet j'ai eu la sensation que le réalisateur n'a rien voulu lâcher, ne pas se brider conservant au plan formel un style flamboyant, esthétisant, baroque sans jamais sacrifier la richesse thématique de son sujet, osant le mélange des genres, des styles, osant l'incohérence, l'illogisme osant perdre son spectateur le déstabiliser pour mieux le toucher, Thirst frise avec le ridicule pour mieux toucher au sublime. C'est donc un pari risqué, qui peut étourdir le spectateur plutôt que l'enchanter, une œuvre brute, surprenante et enivrante.

Bref une excellente surprise, Park Chan Wook a encore su me surprendre en assumant cette OVNI cinématographique en cohérence avec une filmographie qui se permet de plus en plus de liberté, de folie, de baroque. Thirts m'a offert certains de mes plus beaux frissons de l'année avec des plans enlevés, aériens à couper le souffle, d'une poésie étrange, ou encore avec la sensualité troublante de son actrice principale la sublime et envoutante Kim Ok-Bin dont le personnage blessé et rebelle, être de toutes les transgressions physiques, sexuelles et morales, m'a totalement conquis. Voilà je n'ai presque pas envie de parler du fond tant il est foisonnant, délirant, parfois  dissonant mais extrêmement riche flirtant avec de nombreux genres, suivant un temps les thèmes classiques du film de vampire (acceptation, tentation, excès) pour ensuite aller se perdre ailleurs . Un temps dans l'adaptation avec Thèrèse Raquin le temps de portraits croustillants de la société, avant de s'interroger sur la religion et son rapport au désir quel qu'il soit, en effet chacun des religieux du film semble rechercher ardemment quelque chose. Personnellement le traitement ici du désir, de la passion, d'une manière fiévreuse, fébrile m'a beaucoup plu Park explorant sans complexe et sans retenue ce sujet sensible, d'autant plus délicat que le personnage principal est un prêtre, mais il évite de tomber dans la provoc' gratuite pour nous plonger dans les affres psychologiques de son personnage, prisonnier autant de ses désirs que de ses principes. Il y aurait beaucoup à dire sur les nombreux segments du film qui s'emboitent par une étrange magie donnant une étonnante cohérence à ce film insolite, bouillonnant mais entier, intense qui embrasse beaucoup de sujet dans un tourbillon réflexif parfois inachevé mais souvent fascinant.

Kim Ok-Bin. Le Pacte

Finalement je crois que le secret de la réussite (enfin selon moi) du film tient à sa forme superbe. La mise en scène est étourdissante, colorée, parfois surchargée mais toujours débordante d'imagination, d'envie, elle réussit à gommer les baisses de rythmes, à effacer les incohérences mais aussi à sublimer certaines scènes leur donnant un souffle, une puissante déstabilisante et enivrante. La photo très colorée parfois saturée, la musique virevoltante pleine de violons de fureur, de lyrisme sont parfaitement à l'image de ce film intense, outrancier, sans concession toujours en quête de plans époustouflants de dérapages contrôlés, d'excès magnifiques. Mais la virtuosité du réalisateur ne fait pas tout et il faut saluer les incroyables prestations des acteurs à commencer par Song Kang Ho. Et bien il n'est pas mon acteur préféré pour rien encore une fois il casse la baraque dans un rôle qui ne semblait pourtant pas fait pour lui, ainsi loin du cliché du vampire beau, cynique et ténébreux à la Lestat Song Kang Ho apporte une étonnante fragilité à son personnage un peu dépassé par ce qu'il est, s'adaptant à tous les registres il est toujours d'une impeccable justesse apportant crédibilité à son improbable personnage. Shin Ha Kyun est aussi très bon dans son rôle d'idiot ahuri et ridicule, mais surtout c'est Kim Ok-Bin qui m'a transporté. D'un charme insolent, hypnotique, dégageant une incroyable énergie sensuelle, elle est aussi fascinante que son personnage de femme blessée/femme fatale est complexe, elle est la révélation du film.

Kim Ok-Bin. Le Pacte

Voilà un enthousiasme total et d'une absolue subjectivité mais j'ai totalement adhérer à cette incroyable proposition de cinéma. Thirst est un film qui m'a transporté comme rarement effaçant ainsi toutes ses faiblesses scénaristiques, un film osé, d'une beauté baroque, foutraque mais puissante. Pour moi une grande œuvre, alors bravo Monsieur Park, Thirst ceci est votre sang, vos tripes, votre style mis à nu avec fureur et envie, excès et talent, ceci est un vibrant manifeste d'amour au cinéma, ceci est génial tout simplement.

Nostalgic du Cool    (note **** à l'aise)





Publié dans Corée

Commenter cet article

4885 21/11/2009 15:40

En tant que (ex?) fan de Park Chan-Wook, je tiens à faire part de mon énorme (et le mot est encore faible) déception pour le film... Donc désolé mais y'a des fans pas content, ça existe! J'ai du mal à comprendre que tout les autres soit satisfait mais bon...

Film très très lent au départ, certains plan très réussi, mais niveau temps ça représente quoi? Quelques minutes... J'étais très bien assis et il est très mal passé, très lentement aussi! Je n'ai jamais aimé la SF mais je n'ai rien contre les vampires.

Hors la, vraiment, ça le fait pas pour moi... La BO par contre est parfaite, comme celle de ses autres films, toujours par le même compositeur... Sinon je vous conseille d'aller voir "Breathless" voila!

Carcharoth 17/11/2009 12:10

Non, Alapage a fait faillite éhéhhé

DZ 08/11/2009 16:13

Toujours !
Elle existe plus la page culture asie ?

Carcharoth 07/11/2009 22:38

Vous travaillez le ron laudatif en ce moment en prépa ? éhéhéh.

DZ 02/11/2009 20:46

"l'hémoglobine gicle tarantinesquement" ahah, c'est fort bien défini, je n'eus mieux dit.