The Butcher, the Chef and the Swordsman, Wuershan, 2010

Publié le par asiaphilie

The Butcher, the Chef and the Swordsman (Dao jiàn xiào), Wuershan, 2010

 

 

 

butcher-the-chef-and-the-swordsmen-poster

 

Premier film de Wuershan (natif de la Mongolie Intérieure, étudiant en Art puis à l'école de cinéma de Beijing), produit et distribué en partie par la Fox International, The Butcher, the Chef and the Swordsman est un film étrange. Étrange car il possède de nombreuses qualités mais souffre dans le même temps de criants défauts.

Si la photographie, le style et la mise en scène semblent indiquer une belle maturité et un talent certain, le scénario et le déroulement de l'histoire montrent au contraire que le réalisateur ne maîtrise pas encore tout à fait la rythmique et la grammaire cinématographique.

 

butcher-chef-still-2 butcher-chef-still-31

 

Tout est résumé : l'histoire est assez originale, amenée en trois séquences différentes qui sont liés par un hachoir meurtrier et son histoire mais le traitement qui en est fait est un peu désordonné et parfois inintéressant bien que chaque personnage ait un fort potentiel. On a un peu l'impression que Wuershan a voulu s'inspirer de Tarantino pour l'aspect un peu foutraque et hommage à différents métrages bien connu du cinéma chinois, mais qu'il a raté son sujet. Car si le segment concernant le bretteur est relativement bien foutu, celui qui met en scène le chef survole trop le personnage et je ne suis pas du tout parvenu à entrer dans la sujet. La fin même, burlesque m'a un peu laissé perplexe. Quand à l'histoire du boucher, si elle est sympathique et parfois touchante, on a du mal à voir son sens et son utilité dans le film. C'est d'ailleurs elle qui clôt le film, d'une façon très film B (ou Z) et pas très sérieuse.

 

The Butcher, the Chef and the Swordsman aurait finalement (et il est rare que je dise cela) gagné à être un peu plus sérieux, à se recentrer sur son sujet, sur une histoire moins fouillis et moins délirante (certains affrontements sont tout de même représentés comme des jeux vidéos, avec barre de vie et bruitage à l'ancienne « Tekken ») quitte à la limite à supprimer l'un des personnages afin de donner un peu plus de profondeur aux autres. Tout est trop pris et présenté comme de la rigolade, comme un nanard assumé, sauf que l'on a pas forcément envie de voir ce genre de film à potentiel se transformé volontairement en idiotie assumée. D'autant que comme je l'ai souligné, techniquement le réalisateur et son équipe sont tout à fait au point et offrent des images très réussies.

 

butcher-chef-21

 

Bref, et pour faire court sur ce film qui n'a pas de date de sortie prévue en France, il s'agit d'un divertissement honorable pour un premier film, avec un scénario intéressant, assez classique mais dont le traitement réserve quelques surprises. Il ne restera surement pas dans les annales, sauf si Wuershan, le réalisateur s'améliore lors de ses prochaines productions et parvient à hisser son montage et ses scénario au niveau de la qualité technique des images. A suivre, et à voir si vous souhaitez découvrir un style assez étrange et surprenant.

 

 

Carcharoth

 

 

Trailer:

 

 


 

 

Publié dans Chine et HK

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article