Painted Skin, Gordon Chan, 2008

Publié le par asiaphilie

Painted Skin (Hua Pi), Gordon Chan, 2008

 

 

 

painted skin

 

Film chinois (et hong-kongais) assez récent, Painted Skin reprend une vieille recette des films des décennies précédentes et la remet au goût du jour sous l'égide de Gordon Chan, réalisateur entre autre du Médaillon et de Fist of legend (avec Jet Li). Le film reprend une histoire de Pu Songling (auteur de 500 histoires surnaturelles) qui met en scène un démon renard dans un quatuor amoureux.

 

Painted Skin  La belle Xiaowei est en effet secourue par Wang Sheng et ses hommes, sauvée d'une bande de pillards et ramené dans la ville que protège le jeune général. Très vite elle prend une grande importance dans la maisonnée du militaire, ce qui n'est pas forcément pour plaire à sa femme. Cette dernière se tait cependant, voyant tous les autres habitants de la ville comme ensorcelés par cette très belle jeune femme. Son arrivée est concomitante avec une série de meurtres inexpliqués, ce qui met la puce à l'oreille de la maitresse de maison. C'est alors que réapparait Yong, ancien commandant de l'armée parti de lui même en exil après que la femme de Wang ait choisit ce dernier à sa place. Aidé par une jeune chasseuse de démon, il va tenter de résoudre le mystère qui plane autour des meurtres et de cette jeune Xiaowei.

 

painted skin12  Painted skin est avant tout un mélo. Il aurait pu être un film de démon, film d'action ou d'horreur, mais le réalisateur a clairement donné à son œuvre une dimension presque uniquement sentimentale, bien qu'il y ait quelques beaux affrontements. On est par contre assez loin d'être en présence de démons terrifiants et horribles, ils sont au contraires très humains et amoureux de surcroit ! Le suspense n'est pas non plus quelque chose d'important dans Painted Skin puisque dès le départ on sait à quoi s'en tenir à propos de la jeune Xiaowei, qui bouffe le cœur du chef des bandits du désert avant d'être secourue par Wang Sheng dont elle s'éprend instantanément. Ce qui est assez étrange c'est qu'elle attend longtemps avant de passer à l'action et de tenter quoi que ce soit, espérant peut être séduire et détourner Wang de sa femme avec ses seuls atours... La tension que l'on imagine et voit entre les personnages n'est pas vraiment palpable. Pas plus entre les deux anciens prétendants de Peirong qu'entre celle ci et la démone. A peine saisit-on quelques regards qui se veulent évocateurs. De même, si le film commence sur des chapeaux de roue et un beau combat de nuit, les affrontements se font ensuite rare et se terminent souvent en queue de poisson. Il en va de même pour le dernier d'entre eux où tout le monde ressuscite gentiment. Donnie Yen peut tout de même donner encore une fois la mesure de ses qualités martiales, même si ici ce sont surtout celles de son jeu d'acteurs qui sont mises à l'épreuve. Il s'en sort assez bien d'ailleurs. Son « couple » avec la chasseuse de démon est d'ailleurs intéressant et aurait pu donner au film le ton comique qui lui manque parfois puisque manifestement il ne voulait pas donner dans le tragique.

 

Painted Skin 1

 

Au final c'est donc surtout une histoire d'amour, de fidélité, de couple ; une belle ode au respect du mariage. Même les démons semblent s'incliner devant l'amour que se portent les deux époux (Wang et Peirong) et qui les poussent à se sacrifier l'un pour l'autre. C'est aussi l'amour qui fait combattre Yong, tout comme il fait récolter des cœurs au démon-lézard, puisque ce dernier aime Xiaowei. Humains ou être surnaturels maniant la magie noire peu importe au final, puisque cela ne semble être que des prétextes à de pseudos obstacles à la stabilité du couple qui en sort fortifié comme jamais.

Yong (Donnie Yen) repart après cela à la découverte du monde, accompagné cette fois de la chasseuse de démon...

 

painted skin14 painted-skin-haut-3662098nwbxu 1731

 

Bref, si le divertissement est bon, si les combats sont sympathiques et les effets spéciaux corrects on est encore loin de la perfection chez Gordon Chan. Painted skin est honnête, se regarde avec plaisir mais ne restera pas comme une grande réussite du genre.

 

 

 

Carcharoth

 

Trailer:


 

Publié dans Chine et HK

Commenter cet article

le loup celeste 08/01/2012 11:21

Mon avis:

Aux frontières du Wu-Xia-Pian, du fantastique, de la comédie et du drame, "Painted Skin" mélange les genres avec réussite pour un résultat prenant et artistiquement soigné (costumes dépaysants,
décors magnifiques et photographie atypique). Cette fusion entre le cinéma Chinois et Hong-Kongais est convaincante.