Le Mariage de Tuya, portrait d'une Chine à visage humain.

Publié le par Nostalgic-du-cool

C'est avec un certain retard que le blog évoque la nouvelle pépite du cinéma chinois, après Still Life de Jia Zhang Ke, Le Mariage de Tuya est la preuve de la vivacité et de l'indépendance de ce cinéma, qui malgré une censure très forte continue d'aborder les sujets qui fachent, les histoires d'une Chine indifférente et brutale. En tout cas cela paye car ces cinéastes engagés et modestes qui essaient de dépeindre La Chine réelle, objective et non la Chine rêvée des dirigeants de Pékin, sont desormais reconnus au niveau international et rencontrent de véritables succès d'estime dans les festivals. Ainsi tandis que Still Life remportait le Lion d'or à la 63eme Mostra de Venise, de son côté, Wang Quan An et son film Le Mariage de Tuya raflait l'Ours d'Or à l'édition 2007 du Festival de Berlin. Bref 2007 a été la consécration du cinéma indépendant chinois, un cinéma à la fois humaniste et dur qui montre sans concession l'évolution d'une Chine qui s'élance à coeur perdu dans le capitalisme économique laissant de côté une partie de sa population, une partie de son histoire voire une partie de son âme. Pour son troisième film Wang Quan An décide d'un retour aux sources puisqu'il choisit d'évoquer la situation de la Mongolie interieure, région ou sa mère est née (attention la Mongolie interieure est une région chinoise, bien que peuplée de gens de culture mongole).

Wang Quan An est né en 1965 dans la région de Shaanxi, qui est frontalière de la province de la Mongolie interieure, il va grandir dans cette région aride au contact de la culture mongole de sa mère pour laquelle il va garder une grande affection. Il va faire des études et va sortir diplômé de l'Académie du film de Pékin. Il fait partie de la "sixième génération" de réalisateurs chinois comme Jia Zhang Ke, une génération dite underground car ils réalisent en marge des grands circuits de production chinois, souvent clandestinement, ce qui permet à ces cinéastes engagés de jouir d'une certaine indépendance, ils abordent des questions de société montrant une population marquée par l'individualisme et la désorientation. L'écueil de cette indépendance est que si les films sont bien accueillis dans les festivals occidentaux, ils sont inconnus du public chinois quand ils ne sont pas carrément interdits de diffusion dans le pays. D'ailleurs il y a fort à parier que sans cet Ours d'Or la sortir de Le Mariage de Tuya aurait été très discrète comme les precédents films du réalisateur. Comme ses précédents films Le Mariage de Tuya est centré sur la vie des femmes dans la Chine d'aujourd'hui et comme toujours il choisit la sublime Yu Nan, son actrice fétiche, pour incarner ces femmes modernes.

Comme nous l'avons dit plus haut l'histoire se déroule en Mongolie chinoise (voir carte ci dessus) dans cette région aride mais riche en ressources naturelles, les Mongols sont la plus importante ethnie de la région, ils sont confrontés à l'industriallisation sauvagedu gouvernement chinois qui incite les entrepreneurs à venir s'installer n'hésitant pas à expulser les gens de la campagne. Face à ce developpement économique qui ne tient absolument pas compte des spécificités régionales il est difficile aux mongols qui vivent selon un mode de vie traditionnel, nomade basé sur l'élevage, de resister aux pressions de ce nouveau capitalisme. De plus en plus ils migrent vers les villes où ils se sedentarisent abandonnant leurs traditions pour se fondre dans la masse des citadins. Ceux qui par contre décident de rester nomades ont une vie de plus en plus difficile, le developpement agressif est très polluant, les steppes se desertifient, l'eau se fait rare, de plus l'administration locale ne les soutient pas du tout. Ce sont ces "resistants" que le film veut montrer pour temoigner de "la disparition imminente de la culture mongole" comme dit Wang Quan An lui même. Le Mariage de Tuya est une tragi-comédie puissante pleine de beauté et de tristesse, le requiem d'une société en voie de disparition.

Le Mariage de Tuya

Mais Le Mariage de Tuya c'est avant tout un magnifique portait de femme, celui de Tuya, une bergère qui se bat pour faire vivre ses deux enfants et Bater, son mari, berger lui aussi, devenu handicapé à la suite d'un accident. Cette femme forte, indépendante, au caractère bien trempé se bat seule pour faire survivre les siens s'occupant de faire à manger, d'emmener paitre les animaux, d'aller chercher de l'eau au puit situé à 30 kilomètres de chez elle, sans jamais prendre de repos elle accomplit tout cela avec courage, mais l'epuisement la guette. Heureusement elle est un peu aidée par Sen'Ge, son voisin, berger lui aussi, maladroit mais plein de bonne volonté. Il est éperduement amoureux de sa femme qui le trompe régulièrement. Miné par ses absences infidèles il s'avère plus un fardeau supplémentaire pour Tuya qu'une aide précieuse, il rêve d'acheter un camion avec laquelle il espère reconquérir sa femme. Bater, le mari, impuissant devant la fatigue de sa femme envisage de divorcer puis d'aller vivre chez sa soeur pour laisser une chance à Tuya et à ses enfants d'avoir une nouvelle vie avec un nouveau mari. Mais Tuya est fière et determinée, elle n'est pas du genre à abandonner les siens derrière elle, aussi si elle accepte le divorce, elle émet une condition bien particulière pour son remariage, elle exige de son nouveau mari qu'il prenne en charge ses enfants mais aussi son premier mari.

Débute alors un savoureux bal des prétendants, ou à cheval, en mobylette, ou en voiture tous les célibataires du coin et leur famille accourent pour se présenter devant la belle Tuya. S'enchainent des scènes cocasses où les prétendants se croisent et se ressemblent : de l'ahuri un peu débile, à l'ancien camarade de classe tous, sont subjugués par Tuya mais peu sont prêts à accepter ses conditions. Finalement c'est avec l'ancien camarade de classe qui a fait fortune dans les puits de pétrole que Tuya trouve un arrangement. Le paradoxe est que cet homme est l'opposé de ce que sont Tuya et Bater, il est devenu citadin, laissant de côté ses traditions pour suivre le rêve matérialiste chinois. Il entraine alors la famille vers la ville, le confort, vers la séparation d'avec la vie passée mais aussi d'avec Bater abandonné, seul, dans un hospice assez luxueux, payé par le mari, compromis entre les exigences de Tuya et celles du nouvel époux. En ville ils croisent Sen'Ge, qui lui aussi a décidé de partir vers la ville puisqu'il a réussi à s'acheter un camion, hélas sa femme dans une ultime trahison part avec le véhicule et un nouvel amant. Desormais chacun se retrouve seul : Bater échoue dans un hospice pour personnes âgés, isolé il se rend compte que sa vie de nomade est terminée, pour lui, sa brusque sédentarisation est synonyme de mort; de son côté Sen'Ge sans son camion, sans ressource, loin de chez lui, se trouve perdu dans cette ville, dans ce monde bien loin de son mode de vie; enfin Tuya se retrouve avec un nouvel époux qu'elle n'aime pas, insensible à ses richesses et à son confort de vie elle aussi se sent seule et etrangère dans ce nouveau milieu. A cette instant du film on ressent avec force à quel point le déracinement est violent et douloureux, ce n'est pas une simple migration, c'est l'abandon d'une partie de soi.

Attention ce paragraphe contient des SPOILERS. Alors que le destin de nos différents héros semblent tracer dans une bien triste voie un evénement tragique va venir tout bouleverser. En effet Bater après s'être saoulé avec le pauvre Sen'Ge, tente de se suicider tant cette nouvelle vie qui s'annonce lui semble en contradiction avec ses convictions, avec ce qu'il a été. Découvrant sa tentative, Sen'Ge appelle immédiatement Tuya mais son nouveau mari prétextant une panne interrompt la conversation et refuse de la contacter espérant fidéliser Tuya une fois son mari mort. Cependant cette dernière va quand même l'apprendre précipitant la fin de sa relation avec cet homme qu'elle n'aime pas et qui lui a menti. Toutefois cet homme n'est pas si mauvais que ça puisqu'il va payer l'hospitalisation de Bater. C'est le retour à la case départ, après l'avoir vertement tancé, Tuya récupère son mari et avec ses enfants et Sen'Ge ils retournent tous à la vie nomade. Certes la vie y est dure mais elle leur correspond bien mieux, puis liés par tous ces drames ils s'entraident. Sen'Ge devient obsedé par l'idée de creuser un puit pour la famille, la ronde des prétendants redémarrent. La situation demeure difficile mais on sent que les personnages sont heureux d'avoir retrouvé leur culture, leur identité. La fin s'annonce idyllique car au fur et à mesure Sen'Ge s'avère être le prétendant idéal, charmé par Tuya, attentionné et travailleur bien que maladroit, lui accepterait de faire vivre tout le monde y compris Bater. Seulement lors du mariage une dispute éclate entre les deux "maris" Bater qui est toujours rester en retrait dans un accès d'orgueil annonce son ressentiment devant ce mariage. Tuya s'eclipse et le film se conclut par un long plan sur la jeune femme en larmes, qui après avoir traversé toutes ces épreuves avec force et courage, sans se plaindre, ne pensant qu'aux autres, ne peut que craquer devant la vanité, l'absurdité de cette vulgaire querelle d'honneur tandis qu'elle a tout donné. Cette fin teintée de réalisme et d'amertume vient magnifiquement cloturer cet excellent film.

Le Mariage de Tuya est un film magnifique simple et profond, tout en retenue, loin des dramatisations excessives et du pathos facile. C'est une oeuvre sincère, douce-amère où s'entremêle des scènes d'espoir radieux avec des moments de desarroi profond, où un humour ironique vient contraster avec la dureté du quotidien des personnages. Le réalisateur a souhaité faire un film réaliste il explique ce mélange des genres en affirmant : "... associer la joie à la cruauté, c'est comme la vie. Elle est à la fois une comédie et un drame". Finalement Le Mariage de Tuya montre un moment de vie avec tout ce qu'elle comporte de paradoxale, de surprenant, de tragique. Ce réalisme frappant qui donne au film une justesse et une finesse éblouissante m'a fait pensé à la célèbre conclusion du roman "Une Vie" de Maupassant (auteur qualifé de "réaliste" d'ailleurs !) qui est : "La vie, voyez vous, ce n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit". Je trouve que cela s'applique parfaitement au film. Mais au delà du drame réaliste le film fait un terrible constat sur la Mongolie chinoise, sur le drame de cette population qui en aspirant à une vie plus aisée perd son patrimoine culturel. Le film dépasse la simple région géographique nous offrant une métaphore sur la Chine contemporaine. Cette Chine capitaliste et matérialiste dominée par des principes économiques agressifs que l'on voyait déjà pointer du doigt dans Still Life est encore une fois dénoncée dans ce film. Ici Wang Quan An s'attache à montrer que son pays en voulant à tout prix developper son économie finit par perdre quelque chose de plus fondamentale : "une partie de son âme et de son identité". Au delà de l'identité mongole c'est une partie de l'identité chinoise qui disparait face à ces changements rapides et brutaux, au profit d'un monde incertain dominé par l'économie, le matérialisme, un monde où ceux qui ne s'adaptent pas sont rejetés.

Toutefois il ne faut pas croire que Le Mariage de Tuya est un film déprimant. C'est certes un film sombre mais l'espoir y est omniprésent, il illumine le film, le réalisateur nous montre à travers cette famille une Chine qui s'entraide, une Chine qui refuse de laisser les plus faibles derrière, c'est la Chine des oubliés de la croissance qui sont dans des situations difficiles mais qui essaient de conserver leur dignité, leur intégrité. Les personnages plein d'humanité offrent une autre image de la Chine ou l'entraide, l'espoir de concilier vie meilleure et respect de l'identité ont encore un sens, on y voit une "Chine à visage humain" pour reprendre la célèbre formule "le socialisme à visage humain". Puis le film c'est aussi et surtout le portrait de Tuya, excellement interprétée par la radieuse Yu Nan, qui donne une force et une sincérité incroyable à son personnage. Tuya est une femme moderne indépendante et fière, qui refuse les compromis car elle souhaite rester fidèle à elle même et aux siens, son courage et sa tenacité lui permettent de surmonter les épreuves sans renoncer à ce qu'elle est. Bref le genre de femme qui nous fait mieux comprendre pourquoi Aragon a dit "La femme est l'avenir de l'homme."

Enfin pour conclure évoquons la réalisation impeccable, pourtant les conditions de tournage dans les steppes mongoles ont été très difficiles. La mise en scène est simple mais efficace, les images sont sublimes avec des couleurs magnifiques, d'ailleurs on peut trouver beaucoup de points communs avec la réalisatrice mongole Byambasuren Davaa (Le chien Jaune de Mongolie). Cette dernière comme Wang Quan An, adopte des rythmes lents, avec une réalisation calme et douce sans fioritures ni exagérations, on se laisse bercer au rythme de la vie mongole. Il faut dire aussi un mot des acteurs secondaires si Yu Nan est excellente, les acteurs interprétant Bater et Sen'Ge s'avèrent être à la hauteur du jeu de l'actrice et chacun livre une performance juste. Pourtant ce sont des comédiens non professionnels, l'acteur jouant Bater est un véritable berger d'ailleurs ironie du sort juste après le tournage lui et sa famille ont été expulsés par le gouvernement chinois afin d'exploiter le sous-sol !

Donc Le Mariage de Tuya est un excellent film à voir, si l'on est féministe, si l'on veut voir le film qui a obtenu l'ours d'or à Berlin, si on s'interesse à la richesse de la culture mongole, si on cherche encore une raison pour espérer, ou tout simplement si on veut voir un bon film.

Nostalgic Du Cool


****


Me revoilà, prêt (1) à compléter -si besoin est- l’avis de nostalgic, mais surtout (2) à émettre le mien, qui sera, rassurez vous, plus concis et ne fera que ressembler vaguement à une critique de film, du type de celle que l’on peut trouver sur allociné, hors des blogs, sur les fiches films.

  Donc, oui… Le mariage de Tuya, film sino-mongol (parce que bon, ça a beau être une province chinoise, comme l’a dit mon camarade juste avant, le mode de vie est plus celui d’Oulan Bator que de Pékin… Et puis aussi parce que sortir l’adjectif « Sino-… » est extrêmement gratifiant !) qui retrace les combats et la vie d’une jeune femme dans son un coin reculé de notre globe…           

Le réalisateur, inconnu au bataillon, créé une œuvre intéressante, naturaliste (ben oui, encore mieux que réaliste, vu qu’on est tout de même assez proche de cette nature, que l’homme pour le coup à du mal à dompter), fraiche, neuve, belle et colorée. Servit par des acteurs qu’on sent investis dans le projet, il arrive à donner à son film un petit quelque chose, sans grands effets de manche mais avec au contraire une simplicité qu’on pourrait parfois qualifier de désertique, d’aride (au niveau de la musique ou des effets spéciaux par exemple, ou encore de la variété des plans qui n’est pas celle d’un Spielberg ! Comme quoi, la quantité ne fait pas la qualité encore une fois ! Steven, si tu m’entends…), et ce petit truc fait décoller le film, et le fait passer de potentiellement ennuyeux (avouez que la vie d’une bergère en plein désert ne vous attirez pas plus que cela !) à réellement très intéressant ! Amis des paysages qui allez voir « un jour sur terre », passez plutôt par la case Tuya, vous aurez les paysages avec en plus les hommes, les femmes (la voix d’Angun en moins, mais des fois on se dit : « Ouf, c’est quand ça s’arrête que c’est le mieux, finit la morale ! ») et un message un peu moins chiant à entendre… Enfin moi ce que j’en dis… En prime, vous aurez un remake chinois de Jean de Florette (scènes du puit qui conditionne l’accès à l’eau, primordiale en Provence comme en Mongolie extérieure) et un indice quant à l’origine des animaux dont se servent les membres de « l’alliance » dans « l’empire contre attaque » lors des premières minutes…

J’arrête cinq minutes mes dispersions pour revenir au film qui, bien que parfois un peu longuet, touche, émeut (à non merde ce sont des dromadaires… ouaf-ouaf la bonne blague !), émerveille, intéresse, bref plait à l’œil comme à l’esprit.

Carcharoth



Publié dans Chine et HK

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Edith Katty 21/05/2020 23:46

je vis en irlande, je veux remercier et honorer DR.WEALTHY pour l'excellent travail qu'il a fait pour moi, il a amené mon amant dans les 72 heures que je n'ai jamais pensé que cela se concrétiserait jamais dans ma vie, mais ce grand homme DR .WEALTHY m'a prouvé que les pouvoirs peuvent faire des merveilles, j'ai obtenu son contact d'un ami en Irlande qu'il a aidé, mon ami m'a dit que cet homme est génial mais je me sentais comme hmm êtes-vous sûr? parce que je crois à peine à ce genre de choses, alors il m'a dit de ne pas m'inquiéter que quand je le contacterai, il me garantit à 100% que mon amant reviendra, mais si ça ne marche pas c'est lui qui donnera me rend mon argent, pour me montrer sa sincérité, il m'a donné ses papiers de maison, que si ça ne marche pas et qu'il ne m'a pas payé l'argent que j'ai dépensé, que je dois récupérer sa maison et il m'a donné tous les documents , j'étais tellement surpris qu'il était si sérieux à ce sujet, alors c'est comme ça que je l'ai contacté et je lui ai dit ce que je voulais, il m'a juste dit que tout se ferait dans les 72 heures, donc avec l'assurance que mon ami m'a donné i était confiant, donc dans les 72 heures qui ont suivi, il m'a dit que je venais d'entendre frapper à ma porte, je ne savais pas que c'était mon homme, alors c'est comme ça que j'ai ouvert la porte, la première chose qu'il a faite a été de se mettre à genoux , il a commencé à me supplier de lui pardonner qu'il était très désolé pour tout, j'étais vraiment surpris et aussi heureux, alors c'est comme ça que je lui ai pardonné et maintenant nous vivons ensemble plus heureux que jamais et utilisons les médias pour inviter mes amis à mon mariage qui se tiendra le 29 février 2020, je suis très heureux, merci à M. Daniel qui m'a donné son contact et son honneur être sur DR.WEALTHY, qui a beaucoup aidé, si vous rencontrez le même problème ou si vous avez n'importe quel type de maladie et que vous avez besoin de son aide, veuillez envoyer un courriel à DR.WEALTHY via wealthylovespell@gmail.com et recevoir toute sorte d'aide, voici son WhatsApp +2348105150446. visitez le site Web http://wealthyspellhome.over-blog.com

maria 26/04/2020 01:08

Veuillez lire et contacter également dr. Ensoleillé si vous avez besoin d'un fort sort d'amour pour résoudre votre relation brisée.
Quand j'étais enceinte de six mois de mon deuxième enfant, j'ai divorcé de mon mari. Depuis que notre premier enfant a été conçu, nous nous disputions et nous nous disputions sans arrêt, elle n'aimait plus ni amour ni confiance de lui, alors il m'a divorcé. Et tous ces sourires, j'ai essayé tous les différents moyens pour le faire revenir, j'ai aussi essayé quelques roues magiques différentes dans mon pays de résidence, mais aucune ne pouvait me ramener Tom. Seul le Dr Sunny a garanti une distribution urgente de 48 heures de magie et m'a assuré que mon mari serait à nouveau avec moi. Je vous écris pour vous remercier et vous remercier d'avoir tenu vos promesses et d'avoir utilisé votre grande et douée force pour le ramener à la maison. J'étais ravi de savoir que vous vous spécialisez dans la fusion des amoureux. Merci, monsieur, de m'avoir aidé dans les pires moments de ma vie que j'étais un si grand magicien de la magie et qu'il m'a donné la magie de l'amour qui m'a apporté tellement de joie dans mon mariage. Mon mari est de retour et je promets de ne plus jamais me quitter. Si vous doutez de ses capacités, croyez-moi. Tu devrais avoir une chance. Cela porte ses fruits d'une manière que vous ne pourriez même pas imaginer. Si vous êtes plus fort en ce moment et avez besoin d'un sort d'amour fort et urgent pour ramener votre gentil contact. Ensoleillé, c'est maintenant la seule réponse pour restaurer votre relation ou votre mariage brisé. drsunnydsolution1@gmail.com ou Whatsapp lui au +2349030731985. Je vous remercie.

Tik&Gra 20/11/2007 21:27

C'est Syndromes and a century et il me semble également que j'ai posté le vieux jardin.

Carcharoth 20/11/2007 17:03

Au fait sur quel film de TOA as tu bloggé une de tes critiques ?

Tik&Gra 20/11/2007 16:05

ça marche Nostalgic. Revoyons les et reparlons en. C'est bizarre mais sur ce coup là j'espère que nos avis convergerons de nouveau.