Kiki la Petite Sorcière, Miyazaki ou la constance du génie !

Publié le par Nostalgic-du-cool


cycle 
 
 cinema japonais

Voilà c'est déjà la fin du mois de juillet j'ai donc décidé de consacrer mon dernier article à l'un de mes réalisateurs japonais préférés à savoir Hayao Miyazaki le grand maitre de l'animation nippone. J'ai décidé d'évoquer non pas une de ses œuvres majeures mais le dernier film que j'ai vu de lui et qui était Kiki La Petite Sorcière. Un film réalisé en 1989, après Mon Voisin Totoro mais qui grâce au pouvoir magique de la distribution sortira sur nos écrans 15 ans après en 2004. Je l'ai raté à ce moment malgré le très bon accueil critique, je n'ai pas toujours été un asiaphile aussi assidu ! Je l'ai donc vu dernièrement pour parfaire ma connaissance du réalisateur, en regardant cette œuvre que je pensais mineure dans la belle filmographie du maitre. Je me trompais en sous estimant le Roi de l'animation et la constance de son œuvre, ce film est encore une perle, un nouveau bijou de poésie, de tendresse, d'humanité comme sait si bien les tailler Miyazaki. Il ne faut pas s'y méprendre ce n'est parce que film n'est pas le meilleur de l'homme qu'il ne vaut rien du tout, bien au contraire.



C'est tout de même assez dingue de se dire que ce film est certainement le Miyazaki que j'apprécie le moins (pourtant je les ai tous vu à l'exception de son premier long métrage difficile à trouver le Chateau de Cogliostro) et pourtant je ne peux que vous le conseiller tant il serait bête de se priver de ce moment de féerie. En effet que voulez vous sans même évoquer l'histoire le film regorge d'atouts, d'abord le plus évident : le dessin ! Et oui on retrouve le magnifique coup de crayon du papa du Studio Ghibli, reconnaissable entre tous, avec ces visages à la fois simples et expressifs, l'animation est toujours aussi fluide, belle, avec des couleurs magnifiques et un sens du décor et du détail toujours aussi aigu. Ensuite à la musique c'est Joe Hisaishi qui s'y colle nous offrant encore une BO de toute beauté, legère et enveloppante qui colle parfaitement (comme toujours). Bref plaisir des yeux et des oreilles c'est aussi un plaisir pour notre cervelle, avec un très beau conte d'apprentissage sur une jeune sorcière qui part de chez elle pour découvrir le monde et la vie. Comme souvent dans ses films le fantastique vient naturellement cotoyer la réalité du quotidien, un réalisme toujours voilé par la poésie du rêve. C'est un film simple, apaisant, d'un certain classicisme formel, mais qui dans le fond révèle, encore une fois, cette magie unique que sait insuffler Miyazaki à ses films.

Est ce parce qu'il réussit à travers ses dessins à nous faire ressentir la nature environnant les personnages? Est ce parce tous ses personnages sont dotés d'une profonde humanité, loin de tout manichéisme? Est ce parce qu'il réussit avec une troublante simplicité à donner une portée universelle à ses oeuvres? Je l'ignore mais toujours est il que la magie opère et l'on est conquis, transporté dans le merveilleux dont on ne redescendra qu'à la fin du film un peu étourdi et avec l'impression que ce conte fantastique sur l'adolescence est d'une actualité précieuse. En effet comme les bons contes Kiki La Petite Sorcière ne viellit pas et 15 ans après le message est toujours aussi efficace. L'alchimiste Miyazaki qui s'inspire de son expérience, de son époque pour livrer un message universel, intemporel, avec une poésie simple quasi infantine rappelant que si les contes doivent emerveiller les enfants, ils peuvent aussi rassurer les adultes. D'ailleurs le réalisateur explique : "je crois à la force des contes ils ont un rôle important dans la formation de l'être." et c'est peut être cela qui rend ses films si sincères.



Alors comme souvent chez Miyazaki il s'agit d'un conte initiatique avec pour héros ou héroïne (son cinéma est plutôt féministe et souvent ce sont les filles qui ont le rôle central) une jeune personne qui va évoluer dans un univers oscillant entre réel et onirisme. Ici l'intrigue se déroule dans un lieu et une époque indéfini, mais de style européen de la fin du XIXeme, avec des trains à vapeurs, des zeppelins, puis de hauts clochers surplombant des rues pavées, chargées de commerce aux enseignes voyantes (l'environnement peut faire penser au Chateau Ambulant ou encore à Porco Rosso). Donc venons en à l'intrigue, Kiki est une charmante jeune fille, pleine de vie qui vit à la campagne avec ses parents, seulement elle a une particularité : c'est une sorcière. Non pas une sorcière hideuse et malfaisante, ni une Harry Potter aux formules magiques incroyables, juste une personne capable de voler sur son balais et de communiquer avec son chat noir Jiji. Mais à 13 ans, l'âge de Kiki, toutes les sorcières doivent s'envoler (ici au sens propre) du nid familial pour aller vivre toute une année à l'exterieur. Entre appréhension et excitation elle va donc quitter ses parents accompagnée uniquement par son chat Jiji, s'eloignant maladroitement sur son balais pour aller s'installer dans une ville ou elle pourra mettre à profit ses talents de sorcière (en effet la coutume veut qu'il n'y ait pas plus d'une sorcière par endroit). Elle s'arrête dans une charmante bourgade en bord de mer mais rapidement derrière l'exaltation de cette nouvelle liberté elle se retrouve confrontée à la réalité, d'abord un policier menace de la verbaliser, ensuite dans cette ville moderne elle ne voit pas qui pourrait avoir besoin de ses services.



Heureusement le quotidien est fait de ces rencontres fortuites qui changent une vie. Ainsi elle va rencontrer Tombo, un jeune garçon malicieux qui va l'aider à echapper au policier, puis surtout elle va rencontre la boulangère de la ville qui va accepter de l'heberger lui dévoilant sa vocation. En effet Kiki a découvert ce qu'elle pouvait faire avec le pouvoir de voler : un service de livraison bien évidement. Ainsi elle se lance dans cette nouvelle aventure, se confrontant au monde réel, à ses difficultés, avec les exigeances de son nouveau travail, mais aussi elle découvre la satisfaction de rendre service, cette confrontation lui permet de rencontrer des personnes nouvelles, de nouer des amitiés. En particulier avec Tombo qui au début l'agaçait passablement, mais progressivement elle se rend compte qu'en fait elle se sent mal à l'aise avec lui du fait de la tendresse certainement amoureuse qu'elle lui porte et qu'elle n'appréhende pas encore pleinement puisqu'elle entre à peine dans l'adolescence. La confrontation avec l'exterieur la fait grandir, murir mais laisse aussi Kiki en proie au doute ainsi pendant quelques temps elle perd ses pouvoirs, ne pouvant plus voler ni communiquer avec son chat Jiji dont elle était pourtant très proche. Ces problèmes renvoient certainement en creux à ce moment charnière ou l'on bascule de l'enfance à l'adolescence, elle s'est déjà séparé de ses parents, desormais il s'agit de son chat, tout comme les amis imaginaires qui disparaissent lorsqu'on sort de l'enfance, le don merveilleux, rêve de tous les enfants, que possèdait Kiki semble disparaitre à sont tour, rappelant que si grandir est agréable il a toutefois son lot de désillusions. dans cette épreuve ni ses parents, ni Jiji ne pourront l'aider, mais maintenant elle peut comptre sur ses nouveaux amis, surtout Tombo qui est passionné d'aviation et qui rêve depuis toujours de voler...



Une histoire simple et pourtant profonde, véritable métaphore sur la naissance de la période adolescente. Une fable sur l'indépendance, l'amitié, le rêve, une belle plongée nostalgique sur la fin de l'enfance. On sera tour à tour ému, amusé, puis emerveillé par ce film qui sous ses allures classiques nous happe totalement par sa poésie enfantine, féerique, sa grande sensibilité qui, on ne sait comment, réussit à faire la jonction avec la réalité pour un film qui reste longtemps dans nos têtes. C'est peut être ça qui fait de Miyazaki un réalisateur unique car il vise les jeunes pour mieux toucher les adultes dans un cinéma où tout le monde peut trouver son compte. C'est un régal pour les yeux, le réalisateur façonne ses histoires à merveille, menant impeccablement son récit d'envolées poétiques et de redescentes dans les tracasseries du quotidien. Ensuite je l'ai déjà dit mais il faut absolument saluer le travail de Joe Hisaishi sur la musique qui nous emporte de chansons populaires en mélodies douces et symphoniques avec un brio céleste j'ai envie de dire tant sa musique nous fait décoller. Enfin dernier petit conseil pour les éventuels amateurs de South Park (non je ne délire pas ne vous inquiètez pas) contredisant tous mes principes je vous conseille le film en VF, d'une car elle est correcte, mais cela seul n'est pas suffisant. L'interêt de cette VF est que Christophe Lemoine qui prête sa voix à Jiji, est aussi le doubleur du personnage très irrévérencieux qu'est Eric Cartman et la voix des personnages se ressemblent assez fortement. C'est donc savoureux d'entendre l'adorable personnage qu'est ce chat gentil, attentionné, poli avec la voix de l'odieux Cartman, peut être le personnage le plus vulgaire qui existe ! Bref pour les fans comme moi c'est vraiment à écouter.



Kiki La Petite Sorcière est donc un des joyeux scintillant de la belle couronne que commence à constituer la filmographie de ce fabriquant de rêve qu'est Miyazaki. Le cocktail est imparable prenez une image parfaite, riche, colorée, ajoutez dessus des personnages attachants, liez le tout par une musique sublime. Etourdi par tant de couleurs, abasourdi par tant de mélodies, frappé par tant de poésie on ne pourra que décoller de son siège et passer le film dans les nuages avec Kiki, isolé du monde dans une bulle pleine de rêve et de nostalgie. La recette est éprouvée et je ne suis plus un enfant, pourtant je me demande quand je cesserais d'être emporté, emerveillé par la magie Miyazaki... jamais j'espère...

Nostalgic Du Cool




Publié dans Films d'animation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

seotons 02/11/2010 01:28

Wow, sympathique billet, merci à vous pour ces conseils et je suis 100% d\'accord. Permettez-moi d\'insister, votre travail est bon, je viens de twitter ce article en espérant que ça vous aide... NB : C\'est mon 1er commentaire ici et je reviendrai avec plaisir sur ce site !