Ip Man 2, le retour du grand maître, Wilson Yip, 2010

Publié le par asiaphilie

Ip Man 2 : le retour du maitre, Wilson Yip, HK, 2010

 

 

ip-man-2-poster

 

 

 

Ip Man 2 est la suite logique et chronologique d'Ip man. Après avoir suivi le maitre dans son combat contre l'occupation japonaise durant la seconde guerre mondiale, le voici à l'action face aux anglais à Hong-kong. Un manière de rappeler qu'après une occupation un morceau de Chine en a connu une autre. En effet les anglais ont dirigés Hong-Kong durant 99 ans. La manière était certes bien différente de celle des japonais, mais il n'en demeurent pas moins que cette concession était gérée par des occidentaux.

Ip-Man-2-Yip-Man-2-2010-9 Le film m'a agréablement surpris, tant après la lecture du résumé et le visionnage du premier opus je m'attendais à un discours ultra nationaliste et anti-occidental primaire. Il n'en est rien et ce second volume se clôt plutôt sur une note de tolérance, d'ouverture et d'humour (le petit Bruce Lee avec ses tics caractéristiques vient quémander l'enseignement du maître!). Il se décompose en gros en deux parties. Tout d'abords l'implantation de Ip Man à Hong-Kong, puis son combat contre l'arrogant champion du monde anglais du boxe. Il ne faut pas oublier que le personnage incarné par Donnie Yen vient de Foshan et doit faire ses preuves dans sa nouvelle ville où personne ne le connait et où l'enseignement du kung fu est très réglementé et s'apparente aux triades (mafias), elles mêmes sous la coupe de la police anglaise. Il lui faut donc affronter les maîtres locaux avant d'ouvrir une école officielle. Puis, après la mort de l'un d'eux face aux champion anglais, il défie cet arrogant guerrier pour lui apprendre l'humilité et la tolérance.

 

Ip-Man-2-Yip-Man-2-2010-11  Si l'on ne ressent pas la même gène que pendant le premier opus, on ressent tout de même une certaine condescendance dans les propos de Wilson Yip. Le boxeur anglais est une grosse brute, ignorante et sans cervelle, tout juste bon à cogner sur des « jaunes » tandis que Ip man est un athlète philosophe, humble, bon père de famille et généreux. Je veux bien qu'on ne demande pas aux boxeurs de sortir de Cambridge, mais tout de même... En tous cas si le XV de France rencontre celui de la rose je préconiserais un petit stage de wing chun aux hommes de Liévremont. Vous l'avez compris, et déjà deviné depuis longtemps, le champion de la perfide Albion se fait à la fin terrasser par la sagesse chinoise (puisque Donnie Yen lui assène la lecture de Lao Tseu, Lie Tseu et Tchouang Tseu. Non je déconne, il lui défonce le crâne à coup de poings, faut pas non plus pousser, c'est un film de baston !). Le film est donc surtout intéressant pour ses combats, nombreux et très bien filmés / chorégraphiés, ainsi que pour l'apport qu'il représente dans la représentation cinématographique de la vie de Ip Man (j’attends beaucoup pour ma part du biopic de Wong Kar Wai). Le film fait ainsi la liaison entre Wong Fei Hung, Ip Man et Bruce Lee, créant ainsi une certaine continuité généalogique entre les grandes stars chinoise de kung fu. Ainsi (surtout ?) qu'entre les films les concernant.

Donnie Yen et les acteurs plus secondaires sont bons, voire très bons, Sammo Hung est impressionnant de charisme même s'il paraît un peu trop bedonnant pour un grand maître de kung fu. Le fond sonore lui aussi est très efficace même s'il est quasi identique à celui du premier volume.

 

Un film pour les amateurs de kung fu et d'affrontement entre les différents style d'art martial.

 

ip-man-2-3

 

Carcharoth

Publié dans Chine et HK

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

le loup celeste 08/01/2012 11:25

Mon avis:

La saga du grand maître de Bruce Lee continue avec cette très bonne suite prenant place peu de temps après les évènements du premier opus.

Toujours aussi bien filmé et interprété (Donnie Yen, Sammo Hung), ce film historique très romancé (il faut bien faire vibrer la corde patriotique des chinois) à la splendide reconstitution n'est
pourtant pas aussi prenant que son aîné, la faute à un scénario plus simple, plus caricaturale et moins tragique (les évènements ne prennent plus place lors de la Seconde Guerre mondiale), mais le
personnage de Ip Man qui a toujours un grand sens de l'honneur est à présent plus humain et n'est plus un combattant invincible, les scènes de combats aux chorégraphies impressionnantes sont encore
plus nombreuses et spectaculaires (l'affrontement des maîtres et le final sur le ring sont deux scènes anthologiques) que par le passé et le final qui présente le plus célèbre disciple du maître
est très bien pensé.

"Ip Man 2" est donc légèrement inférieur au premier opus, mais reste tout de même un des tous meilleurs films d'arts martiaux de ces dernières années.

asiaphilie 11/01/2012 12:31



Je ne suis pas sur qu'il faille faire vibrer la corde patriotique des chinois, elle vibre déjà bien assez fort pour que des films "historiques" viennent s'en mêler en donnant une vision du passé
plus que contestable. C'est pour moi le plus gros défaut de ces deux "ip man". J'attend sur ce personnage un autre regard de la par de Wong Kar Wai !