Ichi the Killer. Ou le manga par T. Miike.

Publié le par Nostalgic-du-cool

Takashi Miike, réalisateur éclectique et prolifique  ne s'était pas encore (en 2001, date de la sortie d'Ichi) essayé au manga. (Il a réalisé Zebraman en 2004). Le voila donc dans ses oeuvres. Il adapte, à sa manière, le manga et anime Koroshiya 1 (Tueur 1). L'infâme kakihara est incarné par la vedette Tadanobu Asano, Ichi est joué par un amateur du nom de Nao Omori. Shinya Tsukamoto a été recruté pour servir de mentor à Ichi dans le film: Il est Jijii. Alien Sun joue Karen, une jeune femme dont la vie croise plusieurs fois celle du tueur.

L'histoire peut être résumé très brièvement, ou expliquée en 10 pages, et je vais tenter de me situer au milieu.

Boss Anjo a disparu. Kakihara, son fidèle second, tente de le retrouver ou du moins de découvrir ce qui lui est arrivé. Dans le même temps, Ichi, accompagné d'une équipe de nettoyeur s'entraîne à massacrer. On découvre très vite qu'il est manipulé par un homme qui lui donne des cibles au téléphone, et se sert toujours du même procédé psychologique: il le fait tuer des maniaques sexuels, des hommes qui battent leur femme, et les femmes qui se font battre. En clair, il tue tout le monde. Mais il le regrette après coup, et est rongé de remord. Seulement, dès qu'on le fait pleurer, qu'on se moque de lui, il ne peut s'empêcher de tuer et d'avoir une érection. Comme l'explique son "mentor", un psychanalyste véreux, Ichi est un enfant dans un corps d'adulte, et il ne sait expulser ses pulsions que par le meurtre et la violence. Un peu comme Kakihara, qui apparemment ne recherche Anjo que parce qu'il était le seul à arriver à lui procurer du plaisir lors d'ébats sadomasochistes.

      

 S'opposent donc deux personnes "anormales", dont on attend tout le film l'affrontement. Et on comprend mieux dès lors pourquoi Miike a tellement aimé ce manga, dont la thématique principale est la violence, les névroses, ces deux dernières étant entraînés par une société devenue folle. L'enquête de Kakihara se déroule bien entendue dans une violence folle: sur un simple (et bien sur faux) renseignement de Jijji, il capture le chef d'un gang adverse, le suspend à des crochets (fixés à la peau de son dos, de ses bras et jambes) et l'interroge à grand coups d'huile bouillante et autres piques (planté bien sur avec délectation  dans le menton du gars, dans son torse, etc..(Ne choquons pas trop de monde). Lorsque enfin il se rend compte de son erreur, grâce à l'intervention du chef yakuza, Jijii est parti, et il devient la cible numéro une.

Il tente aussi d'engager une fille pour remplacer Boss Anjo, mais celle ci ne le bat pas comme il faut, elle ne lui donne pas assez de plaisir...

Kakihara:"Put some feeling into it, already! If you're going to give someone pain, you've got to get into it!" (Imdb)

Ou encore: "Il n'y a pas d'amour dans ta violence"

 

Pour se faire pardonner, Kakihara se tranche la langue devant le chef, et continue son enquête: il arrive a retrouver les membres de l'équipe qui nettoie les meurtres d'Ichii, et à les tuer. IL comprend qu'on les observait depuis quelque temps...Mais Ichii est envoyé au QG des yakuzas, et les massacre tous. Il revient une seconde fois, et tue les deux policiers véreux que Kakihara avait embauché pour torturer un homme, toujours pour son enquête...

Intercalés entre les histoires de Ichii et de Kakihara, on entrevoit la vie de l'un des membres du gang d'Anjo, ancien flic, renvoyé, mauvais bandit, mais au profond sens du devoir. Il subit les moqueries de ses congénères sans broncher et élève seul son fils, qui a une piètre opinion de lui, subissant aussi les quolibets de ses petits camarades. Ces brins de vie nous rappellent que ce film n'est pas uniquement un film gore, sans but ni message. Il est sous tendu par une critique acerbe et cynique de la société Tokyoïde, et il décrypte les codes et la vie des Yakuzas, véritable institution parfaitement intégré dans la société, avalé par celle ci même...

 

Le film serait presque incompréhensible sans les flashs back et les explications de Jijii à Karen (Alien Sun). Ichii est un être désiorenté, qui croit suite à l'hypnose avoir laissé violer une fille lors de son adolescence. Ainsi, toute une partie de sa vie a été occulté par les séances de Jijii qui le manipule maintenant avec facilité, jouant sur son inconscient et sur ses pulsions comme d'un instrument de musique. (L'anime présent dans l'édition collector est aussi très instructif au sujet des origines de Ichi).

Vient donc, enfin, la scène de l'affrontement entre Ichi et Kakihara. Ce dernier est tout excité à l'idée de peut être mourir. Il admire vraiment la technique et la façon "artistique" de tuer propre à Ichi. Juste avant ce combat, les deux derniers membres du gang sont tués: un par Ichi (l'ex flic, père du petit, qui meurt aussi en tentant de venger son père) et l'autre par un surprenant Jijii, au corps de bodybuilder, qui broie littéralement le pauvre garde du corps.

 

Les interprétation de ce combats et de ce qui s'en suit sont nombreuses, et aucune n'est entièrement satisfaisante: c'est la une fin bien "Miikienne". En effet, pendant le combat, Kakihara houspille Ichii qui refuse de se battre encore. Il se crève alors les oreilles, et se fait ensuite attaquer par Ichii, qui le tue, et le fait tomber du haut du toit ou il se trouve. Arrivé en bas, Kakihara est observé par Jijii, mais la trace du coup porté par Ichi a disparu, et Kakihara sourit. On le voir ensuite, dans une pièce éclairée de bleu, et ou pendant des chaînes (les même qu'il utilisait lors de ses soirées sadomaso): il sourit...

Le moment ou il se perce les tympans est il un passage symbolique dans un autre monde, est il déjà mort, rêve-t-il ? Et quand il arrive en bas, est ce une simple erreur de maquillage, ou est ce pour signifier qu'il s'est suicidé après avoir tué Ichi ? La scène bleu est elle un rêve, une réminiscence, un flash back ? Autant de points d'interrogations laissent le spectateur dans l'expectative à la fin du film.

D'autant que la dernière image est celle d'un Jijii pendu, ayant apparemment accompli sa tache...

     

 

 

 Ce film est donc encore un OFNI de Miike, alliant extrême violence (trop extrême pour choquer visuellement ou viscéralement: à aucun moment on est pris de dégoût, ce n'est pas le but. Il s'agit plus d'une violence à la Tarantino ou à la BrainDead), scénario bizarre et fin incompréhensible (du moins polysémique...), le tout lié par une satire sociale toujours présente.

Délire visuel, expérimentation dans la mise en scène, ce film est à voir.

 

NB: Alien Sun ne parle pas un mot de Japonais: les scènes ou elle joue sont donc tournées en anglais, mandarin, cantonais et japonais. Ces langues ont été conservées dans la version finale du film. On ne sait donc pas bien qui elle est, d'ou elle vient, et pourquoi elle parle toutes ces langues, même si on sait que Miike considère l'Asie comme un tout, et ne cherche pas à exacerber des particularismes.

 

Carcharoth

 



Publié dans Japon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nostalgic du cool 04/03/2007 14:24

Remarque Dolls a été réalisé en 2002 donc après Ichi the killer. En effet sur IMDB il y a une filmographie, je n'y etait pas aller car c'etait en anglais. Donc il a bien jouer dans Dolls, il interprète un collègue de Matsumoto (celui qui est attaché par un fil rouge à la jeune femme). En tout cas il a joué dans plusieurs films ou séries mais perso j'en connais aucun, en plus les titres sont en japonais et on ne sait pas s'il à un rôle important ou pas.

Carcharoth 04/03/2007 12:44

Très !
J'adore Puffy !
Pourtant il me semblait qu'ils le présentait comme un amateur complet dans les bonus d'Ichii... M'enfin, sans doute... Peut être est ce la une découverte digne d'être signalé à nos cher distributeurs de DVD.
Sur IMDB, rien sur lui ?

Nostalgic du cool 04/03/2007 01:04

Miike aurait il lancer une carrière pour Nao?N'ayant rien a faire ce soir je décide de regarder un film de Kitano (comme c'est bizarre de ma part!). Mon choix se porte sur l'excellent Dolls et j'y vois un acteur secondaire, peu important mais qui ressemble enormement a Ichi (Nao Omori). Cela va m'intriguait durant tout le film. Après quelques recherches il semblerait que j'ai vu juste car en cherchant dans google images des infos sur l'acteur je tombe plusieurs fois sur des photos de Dolls. Hélas l'acteur etant peu connu (d'ailleurs allociné pense que c'est une femme!) c'est difficle de trouver des infos complètes sur lui, donc je ne suis sûr qu'à 80%. Par contre j'ai appris qu'il sort avec Yoshimura Yumi la chanteuse du duo de pop japonaise Puffy, interessant non?