Guinea Pig Devil's Experiment... AAHHH c'est quoi ce truc???

Publié le par Nostalgic-du-cool

cycle 
 
 cinema japonais

Voilà aujourd'hui je viens de prouver à quel point j'etais prêt à aller loin pour Asiaphilie et pour le lecteur en regardant Devil's Experiment de la série culte de films gores japonais des années 80 Guinea Pig. Pour vous chers lecteurs je me suis plongé dans l'univers ultra glauque de cette série qui compte 7 épisodes avec le premier épisode qui a fait la légende de Guinea Pig dans le monde du cinéma gore underground. Ce Devil's Experiment de Satoru Ogura datant de 1985 ne fait qu'un quarantaine de minutes, il est filmé en caméra amateur, avec des acteurs inconnus, c'est lui qui va donner le nom de Guinea Pig, c'est lui qui va lancer cet etrange urban Legend.



Bon alors c'est quoi ce Devil's Experiment film "culte" et bien c'est un Snuff movie ou Snuff film. Qu'est ce qu'un Snuff movie me demanderez vous (moi même je ne savais pas trop) et bien c'est un film gore qui se veut hyper réaliste filmant au plus près les tortures ou le meurtre de quelqu'un avec force effets spéciaux dégoutants. Mais le Snuff movie c'est pas toujours un film cinématographique ce sont parfois de vraies personnes qui mettent en scène des choses horribles, des suicides, voire pire plusieurs serial killers ont filmé leurs actes de barbarie avec l'intention de les diffuser, ce sont aussi des Snuff films. D'ailleurs le terme snuff signifiant mort se trouverait souvent dans le bouquin A Clockwork Orange de Burgess. Voilà pour l'ethymologie, mais ce style de film serait véritablement né dans les années 70 en s'inspirant des actes immondes du plus célèbre (et pathétique) serial killer j'ai nommé le hippie défoncé aux acides Charles Manson. Un film intitulé Snuff conterait les histoires d'un tueur reproduisant Manson (car le fou a fait des émules) et ce film est devenu l'une des bases du Snuff movie. Bref un truc bien trash pour faire du bruit et donner naissance à un style underground et malsain : le Snuff Movie dont les representants les plus célèbres sont les Guinea Pig ou un film comme Cannibal Holocaust. C'est un genre que je n'aime pas trop autant le gore bourrin ça peut passer mais le trash réaliste j'aime pas surtout qu'il y a toujours une ambiguité comme je l'ai dit le terme a un double sens entre fiction et réalité ce que je trouve vraiment malsain... C'est un genre important dans le monde du film d'horreur avec des bons films comme Vidéodrome de Cronenberg, ou encore les Saw ou Hostel. Cependant mon véritable problème c'est le False Snuff movie (le faux snuff movie) qui joue à nous faire croire que le film représente des faits réels et odieux. Ce premier Guinea Pig est fameux pour être allé très loin dans ce domaine, il ne se présente pas comme un film mais plus comme une vidéo amateur comme le montre le petit discours tout a fait troublant précedant le film :

"Il y a quelques années j'ai reçu une vidéo privée intitulée Guinea Pig avec une note : c'est une vidéo expérimentale sur le point de rupture entre douleur physique et corrosion psychologique... Guinea Pig est defini comme un document experimental... aucun détail n'accompagnait ce document quand j'ai pris possesion de la vidéo, on cherche toujours le nom de la femme et des 3 hommes..."

C'est ce film qui a lancé l'histoire de Guinea Pig qui est aussi particulièrement trash, c'est ce côté malsain qui a fait sa légende d'ailleurs. En effet les films Guinea Pig n'existent plus il est interdit de tourner sous ce label depuis que l'on a decouvert la collection des fims chez un célèbre serial killer nippon qui avait fait des remakes perso de certaines scènes des films. Autre légende l'acteur Charlie Sheen voyant l'un des snuff de la série (tous les films Guinea Pig ne sont pas des False Snuff movies c'est surtout les deux premiers je crois) a tellement été horrifié qu'il a pensé que c'etait vrai et a contacté le FBI qui a carrément ouvert une enquête. Vous voyez donc ce genre d'évenements ça forge une légende tout ça en surfant sur une vague particulièrement malsaine en brouillant volontairement la frontière entre fiction et réalité. C'est ça Devil's Experiment c'est un film qui ne dit jamais clairement que c'est un film, il se présente comme un documentaire anonyme, or un documentaire filme une réalité. C'est un Fake Snuff film il se fait passer pour quelque chose de véritable, de concret, il veut faire croire qu'il filme la réalité et c'est pourquoi j'ai trouvé ce film détestable car il est allé vraiment très loin, trop loin sortant de la sphère du cinéma pour penètrer celle du réel. Autant je trouve qu'un film peut être aussi gore qu'il veut montrant les choses les plus rebutantes tant qu'il se présente comme une fiction ( les Saw par exemple) autant je ne digère pas qu'un film veuille ouvertement laisser planer le doute sur le violence qu'il filme je trouve ça trop ecoeurant, surtout quand on sait que de vrais Snuff movies de désaxés circulent sur le net. (c'est pourquoi j'ai preferé l'autre Guinea Pig que j'ai vu et que je critiquerai plus tard il est plus gore que celui ci avec des scènes vraiment degueux mais il montre sans ambiguité que c'est un film avec du gore surréaliste, une intrigue, un réalisateur, des acteurs)


Oyé oyé brave lecteur si tu es une âme sensible ne lis pas ce qui va suivre car d'une ce film est gore et surtout en exclusivité, pour la première fois, Asiaphilie va démonter un film !

Donc voila pour la 1ere fois sur ce blog je vais le dire : "j'ai detesté ce film !" Ahh ça fait du bien bon maintenant va falloir vous expliquer pourquoi. Alors commençons par un petit "synopsis" de ce film qui se veut un véritable snuff movie, d'ailleurs une légende assez farfelue dit qu'il s'inspire d'une cassette envoyé à la police de Tokyo. En gros trois types capturent une jeune femme et décident de la torturer à mort, le tout crescendo, on commence par les baffes, puis les coups de pieds, puis on passe à la torture psychiqueentre autre en lui attachant un casque jouant à fond une musique stridante et métallique. Puis ça continue avec les brulures, les tenailles et ça finit en apothéose avec un truc bien crade filmé en gros plan, pour bien montrer que quand même c'est degueulasse. Je pense que le mot "suggeré " est totalement inconnu du réalisateur de ce truc. Tout est dit il ne se passe absolument rien il n'y a aucune intrigue, presque aucun dialogue si ce n'est quelques "t'es pas encore crevée?" dénotant en amont un enorme travail du scénariste. La mise en scène est absolument inexistante c'est mal film, mal cadré, avec une caméra amateur, c'est tout moche mais bon vous comprenez faut faire "vrai"... Quant aux acteurs je vais dire quelque chose d'un peu absurde que je n'avais jamais dit mais : Dieu merci ils sont mauvais ! J'imagine votre surprise, depuis quand le mauvais jeu est une qualité et bien la c'est agréable ça rend moins insupportable les scènes de torture tant le jeu par moment est ridicule.



Ainsi 2 heures après le début du film (attention si vous le voyez d'ailleurs c'est marqué 43 minutes mais à moins de planquer la télécommande et le bouton pause la séance durera bien plus longtemps car pour ma part plusieurs pauses ont été necessaires.) je me suis retrouvé dans la plus totale expectative, dévoré par cette question : mais à quoi sert ce film? Je n'aime pas ce genre de questions en temps normal je trouve que tout film a un interêt mais là j'ai beau chercher je vois rien. Certes y'a quelques scènes crades mais on peut voir pire dans Hostel sauf peut être le final qui est je dois le concèder un sommet bien horrible. Mouais je vais pas vous conseiller le film pour une scène alors y'a quoi d'autres? A la reflexion on pourrait dire que c'est malsain, désagréable, c'est vrai mais quel est l'interet, c'est au service de rien, ce film ne mène à rien, il n'y a aucun message, aucun suspense, aucune tension. Ce qui est sûr par contre c'est que cela met mal à l'aise de voir quelqu'un se faire torturer quand on pense en permanence au message ambigu du début du film qui laisse planer tout le temps le doute sur la réalité des faits montrés. Mon esprit cartésien m'a bien convaincu que c'etait faux les acteurs jouent mal, puis sur la jaquette du DVD un type est crédité comme le "réalisateur" (même si le film ne propose jamais de générique juste ces messages glauques laissant entendre que la provenance du film est absolument inconnue, comme la véracité des faits) puis si c'etait vrai on aurait jamais vendu ça en DVD. Mais ma sensibilité me poussait à la révolte, j'etais révulsé par cette ambiguité gratuite, finalement seul interet d'un film vide et creux.

Je trouve inconscient et stupide de vouloir mimer, refaire la réalité, le cinéma par essence doit essayer de la transcender, de la sublimer c'est je crois le principe de tout art mais ce n'est pas le principe de ce film. Le cinéma peut tout montrer car c'est du cinéma mais quand comme ici on se refuse obstinément à en faire pour donner du voyeurisme facile en singeant la réalité on est plus dans le cinéma on est juste dans la manipulation de l'image pour faire croire au réel. La magie du cinéma c'est de donner l'illusion du vrai, de créer une réalité or ici on veut juste rendre vrai ce qui est faux, c'est à la limite de la négation du cinéma... A trop vouloir faire un false snuff movie Devil's Experiment ne s'avère être qu'un film faux tout court. En fait on n'a pas peur c'est juste malsain, ça ne nous fait pas reflechir c'est juste malsain, on n'est pas tellement choqué c'est juste malsain. Au final on se rend compte que c'est culte car c'est malsain moi je trouve ça trop léger, trop facile, jouer avec l'aspect documentaire pour masquer la faiblesse cinématographique, jouer sur une provoc facile pour masquer l'absence totale de profondeur, de message ça ne me plait pas !



Ce film est peut être une légende car comme beaucoup de mythes elle est fondée sur un malentendu sur un mensonge. Ce film est peut être un objet sulfureux de polémique car bon nombre de polémiques sans fin éclatent autour de sujets creux dénués de véritable interêt. Ce film est peut être culte car après tout n'importe quoi peut l'être. J'ai beau chercher mais je ne vois pas quoi sauver dans ce film, je ne vois pas d'interêt à le voir, 3 types torturent une fille c'est dégueulasse evidement et après? Après ben rien, on a rien vu d'original, ni d'innovant, ni de choquant on a juste un gout amer dans la bouche avec ce postulat detestable, une impression ecoeurante du voyeurisme le plus mesquin, le plus minable, le plus gratuit. Oui finalement tout est gratuit dans ce film la violence, le message, la provocation avec cette ambiguité volontaire, tout est gratuit sauf le coût du DVD et payer pour voir un film gratuit on peut douter de l'interêt de l'opération...
Vous voulez du gore flippant regardez Audition, vous voulez du gore débile regardez Braindead, vous voulez du gore degueu regardez Guinea Pig : Mermaid In A Manhole, vous voulez du gore réaliste regardez Hostel, vous voulez du gore intelligent regardez Night of the Living Deads par contre si vous voulez du gore vraiment con regardez Devil's Experiment

Nostalgic du Cool

(Je mets 1 car on ne peut mettre de 0, ou peut être 1 pour la seule qualité de ce truc qui malgré toutes ces tentatives reste une simple fiction certes mauvaise, dispensable, de mauvais goût mais une fiction seule chose qui la rend supportable.)


Publié dans Japon

Commenter cet article

Carcharoth 16/03/2009 10:22

Ce qui est bien c'est le respect et la tolérance. Le Snuff c'est du faux, du présuposé réel, du soit disant vrai. Donc c'est un film, avec effets spéciaux, c'est filmé à l'arrache, avec viols tortures et meurtres. Guinea pig en est un, ou du moins s'en approche énormément. De plus Nostalgic l'a surtout définit comme un film gore et qui se veut "réaliste" et traumatisant.
Le présuposé de départ n'est donc pas faux comme tu le dis. Ensuite, comme l'avait vu Anna, l'ironie n'est pas absente de cet article, qui ne se veut ni objectif ni spécialisé dans ce genre de merde. Si t'es fan de nanard gore, c'est sur que tu vas pas trouver ton bonheur ici. Sur ce, bon vent, et en parlant de brassage on préfère la bière que le mistral ici.

Hokuto de cuisine 15/03/2009 17:13

Amis de la culture, bonsoir.Un snuff movie, par définition, n'est pas une fiction, ne l'a jamais été, ne le sera jamais. Le but de l'opération est de filmer une scène de torture et de meurtre réelle. On peut discuter de la réalité de l'existence de tels films (le FBI, par exemple, évoque une simple légende urbaine), mais, en tout état de cause, Ginea Pig n'en est pas un, pas plus que ses suites. Bâtir tout un article sur un présupposé pareil, ça mérite des applaudissements. Clap clap clap : un admirable brassage de vent.

Anna 18/07/2008 20:05

Oh putain, suis-je en train de rêvé ?? Une étoile ? Une seule étoile (voire zéro) ? C'est du jamais vu ! Asiaphilie atteint des sommets d'audace et de subversion, je suis impressionnée !!
Critique jouissive qu'on sent indignée mais surtout qui ose l'ironie et le foutage de gueule et ça c'est bon ! En tout cas, ça m'a l'air sympa comme tout ce film...