Gordon Liu la Légende du Kung-fu

Publié le par Nostalgic-du-cool

                          Pour évoquer cet acteur il faut voyager dans le temps et remonter dans les années 70 à l'age d'or du cinéma d'action de Hong Kong. Mais comment aborder le cinéma de Hong Kong sans parler de la Shaw Brothers, la mythique boîte de production, le paradis des films d'arts martiaux. C'est à elle que nous devons la plupart des films de Kung-Fu et qui a lancé des réalisateurs comme Chang Cheh  (la trilogie the one-armed swordsman) ou encore Liu Chia Liang (La 36ème Chambre de Shaolin).

Le logo de la shaw Brothers

           Si la Shaw brothers est considerée comme le père des films de Kung-Fu , on peut dire que Gordon Liu en est l'ambassadeur principal. Né le 30 novembre 1955 dans la province de Guangdong, Gordon Liu Chia Hui est dès son enfance adopté par le père de Liu Chia Liang Maître Liu Zhan car il fréquenté régulièrement le club des Liu. Cela explique pourquoi son nom ressemble à celui du réalisateur. C'est donc ce frère adoptif qui va initier Gordon Liu au Kung-fu, discipline dans laquelle il va rapidement exceller. Il va alors devenir l'un des élèves preférés de son frère et bientôt son acteur fétiche, ce qui explique que la carrière de l'un est presque calquée sur celle de l'autre.

                                          

Il fait sa première apparition au cinéma en 1974 dans Shaolin Martial Arts de Chang Cheh. Dés le début il marque les esprits par sa qualité d'artiste martial. Mais c'est en 1976 que son premier véritable rôle lui est confié par son frère adoptif dans son film Le Combat des Maîtres. Gordon Liu a alors la tâche difficile d'interpréter le personnage de Wong Fei-Hong véritable mythe des arts martiaux en Chine. Sa prestation d'un Wong Fei-Hong jeune et espiègle lui permet de prouver ses capacités d'acteur, il a une véritable présence à l'écran. Avec ce film les carrières des deux sont lancées.

        C'est en 1978 avec La 36ème Chambre de Shaolin  qui est l'un des plus grands chefs d'oeuvre du cinéma d'Hong Kong que les deux frères atteignent leur apogée, Gordon Liu en tant qu'acteur et Liu Chia Liang en tant que réalisateur. Il y joue le rôle du jeune San Tze dont la famille a été massacrée et qui pour fuir ses bourreaux va entrer au temple de Shaolin pour parfaire sa connaissance du kung fu et pouvoir se venger. Ordonné moine la légende dit qu'il a créé la 36ème chambre qui s'occupe d'enseigner le Kung-Fu à des laïcs, et qu'il a mis au point le fléau à trois branches (photo dessous). Le succès du film est gigantesque, il conquiert un large public en particulier aux Etats Unis (le film va inspirer des personnes comme le réalisateur Quentin Tarantino ou le groupe de rap Wu Tang Clan dont le premier album s'intitule "enter the 36th chamber").

                 

      Gordon Liu est au sommet de sa gloire, c'est une star mondiale, l'égérie de la Shaw Brothers. Comme son frère il va avoir une carrière riche et prolifique. Il va enchainer les tournages et bien qu'il demeure souvent dirigé par son frère adoptif Liu Chia Liang, il tourne parfois avec d'autres réalisateurs. Toutefois c'est de leur duo que va naître plusieurs chefs d'oeuvre du cinéma de kung fu et certains des plus célèbres personnages de la Shaw Brothers. Nous pouvons essayer de résumer de manière chronologique mais non exhaustive (il a joué dans près de 80 films!) la carrière de  Gordon Liu à partir de ce moment au travers de ses films les plus connus.

          -La Mante religieuse  1978     - Shaolin Contre Ninja   1979   - retour à la 36eme Chambre   1980   - Lady Kung-Fu     1981    - Shaolin contre Mantis     1982   - Les 18 armes légendaires du Kung-Fu    1982    -  Shaolin contre Wu-Tang   1983  -    Les 8 Diagrammes de Wu Lang    1984   -  Les Disciples De la 36ème Chambre  1985

       Durant toute sa carrière Gordon Liu ne passera qu'un seule fois derrière la caméra en 1983 avec Shaolin contre Wu Tong. On peut dire que son passage à la réalisation est une réussite, le film est un succès, toutefois il faut savoir que Liu Chia Liang, le grand frère guette, il s'est d'ailleurs chargé officieusement de la mise en scène. Mais hélas l'année suivante sonne la fin des studios de cinéma Shaw qui a trop vouloir concurrencer le cinéma américain malgré des moyens moindres se sont perdus. Pourtant la boîte a produit jusqu'à la fin, au milieu des années 80, des films de qualité comme le très bon film les 8 Diagrammes de Wu-Lang en 1984. Pour en finir, l'acteur va effectuer avec son frère un dernier tour d'honneur en 1985 avec les Disciples de la 36ème Chambre qui demeure dans la veine des films de la Shaw Brothers.

       C'est la fin d'un âge d'or ainsi que celle des premiers rôles pour Gordon Liu. Malgré de véritables qualités d'acteur Gordon Liu ne va pas réussir à se reconvertir dans un autre style, peut être est ce la rançon de la gloire. Il va continuer à tourner dans divers films très inégaux où il joue souvent des rôles de méchants. Pourtant il faut relativiser ce constat en rappelant que sa deuxième partie de carrière va être bien meilleure que celles des autres stars de la Shaw Brothers. Enfin dernièrement Quentin Tarantino grand fan de la Shaw et de l'acteur lui a rendu hommage en lui  offrant deux rôles en forme de clin d'oeil à sa carrière avec le personnage du garde du corps Johnny Mo dans Kill Bill Volume 1 et celui du vieux maître Pei Mei dans Kill Bill Volume 2.

         De gauche à droite Gordon Liu dans le rôle du 5ème frère dans les 8 Diagrammes de Wu-Lang, au centre le personnage de Pei Mei, puis à droite celui de Johnny Mo.

        Je souhaitais rendre hommage à ce grand acteur qui a su parfaitement incarner un style unique, mais hélas révolu : celui du cinéma de kung fu de la Shaw Brothers. Au delà d'un homme aux grandes qualités physiques et techniques se trouve un excellent acteur capable d'interpréter des personnages jeunes et espiègles comme des rôles d'hommes sérieux et calmes avec la même intensité. Il a été reconnu comme l'un des cinq plus grands acteurs de Kung Fu. Je souhaitais saluer l'un des chauves les plus célèbres de l'histoire du cinéma avec Yul Brynner. Pour l'anecdote il faut savoir que Gordon Liu ne souffre pas de calvitie, mais la plupart de ces personnages étaient des moines Shaolin ou des bonzes qui rasaient leurs cheveux pour les offrir a Bouddha c'est pour cela que la plupart des spectateurs l'ont connu avec le crâne rasé entièrement ou en partie (lorqu'il joue Wong Fei-Hong ce n'est que la moitié du crâne qui est rasé). Pourtant, il apparait dans certains films pourvu de cheveux, c'est le cas dans Shaolin contre Ninjas par exemple, mais c'est assez destabilisant car sûrement trop habitué à le voir chauve on a l'impression qu'il porte une perruque. d'ailleurs après la fin de sa carrière avec la Shaw il a continué de se raser la tête, selon moi cela s'explique par le fait que son crâne est devenu une partie inhérente du mythe qu'il incarne et je pense que ses fans seraient surpris de le voir avec des cheveux car il demeure pour beaucoup le bonze de la Shaw Brothers.

        Pour conclure je citerai Olivier Assayas qui  dans une éditon spéciale  Des Cahiers du Cinéma en 1984 évoquait en des termes très emphatiques l'acteur : "Plus fin que Bruce Lee ou Jackie Chang, plus subtil que Jimmy Wang Yu ou Ti Lung, plus intelligent qu'Alexander Fu Sheng, Liu Chia-Hui (je rappelle que c'est un des autres noms de Gordon Liu) est unique car en plus de tout il a la classe. Il ne lui manque plus que de s'affirmer pour ce qu'il est : beaucoup plus qu'une invention de Liu Chia Liang."     Que l'on soit d'accord ou pas avec les termes, je trouve que c'est un bel hommage qui est rendu à cet acteur qui n'a pas été apprécié à sa juste valeur surtout pour sa reconversion.

    Nostalgic Du Cool



Publié dans Acteurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lunettes de soleil 28/09/2010 17:26

que de souvenirs ...

sam 30/08/2010 10:07

erreursdès le départ des erreurs : il n'a pas été adopté par le père mais par la mère et pas enfant mais lors du tournage d'un des films : ce qu'il explique lui-même dans certains entretiens en bonus inutile d'aller plus loin sur ce site

Carcharoth 18/06/2008 17:20

Je ne le pratique pas, mais je pense que c'est surtout l'intensité de la pratique et l'abnégation dans la répétitivité des exercices qui est importante, vu que la boxe de shaolin est surtout basé sur la puissance physique et l'endurance.

Pour Mad Monkey et Shaolin contre Ninja ils ne sont pas indispensable, mais intéressant pour les fans.

clément 18/06/2008 11:17

ha mad monkey et shaolin contre ninja son deux films qui ne font pas encore parti de ma collection....

sinon je suis bien d'accord avec toi sur le fait que le kung fu est très puissant mais sa maitrise demande de nombreuses années d'entrainement avant de pouvoir s'en servir pour se défendre

Carcharoth 03/01/2008 00:03

Sur le dernier point de ton argumentation, je te renvoie carrèment aux film "Mad Monkey" et Shaolin contre ninja, ou il explique lui même que cet esthétisme qui peut sembler superficiel ne l'est pas le moins du monde...
La boxe de shaolin est d'une puissance redoutable, sans doute pas aussi variée que celle de Bruce Lee, mais aussi efficace.