Cure, polar paranormal (Kyoshi Kurosawa)

Publié le par Nostalgic-du-cool

cure

 

 

Cure est un film de Kyoshi Kurosawa (rien à voir avec Akira), le film qui l'a fait sortir de l'ombre. Réalisé en 1997, il connaît un grand succès au Japon mais aussi à l'étranger. Il y mélange tous les éléments d'un bon thriller avec une once de paranormal qui fait toute sa force.

 

Avec: Koji Yakusho, Masato Hagiwara, Tsuyochi Ujiki, Anna Nakagawa...

Takabe, un flic, enquête sur une série de meurtres sans aucun lien apparent. On a juste découvert une croix sur le cou de chacun des cadavres. Un jour, on découvre un jeune complètement déboussolé tout prêt du lieu du crime. Il s'agit d'un ancien étudiant en psychologie... Ce dernier semble posséder d'inquiétants pouvoirs. Il arriverait à pénétrer dans le subconscient des gens, et à les obliger à tuer. Tuer n'importe qui, leur femme, leur collègue de travail, leur voisin... Sans qu’ils ne s’en souviennent ensuite ! Commence alors un longue enquête, ou rien ni personne ne sera épargné. Aidé par Sakuma, un psychiatre, Takabe va interroger l'ex étudiant pour déterminer ses motivations et ses rapports avec les meurtres.

cure2  Film psychologique, thriller haletant, polar d'un genre nouveau au Japon, Cure est un chef d'oeuvre de mise en scène et de montage. Chaque plan, chaque scène nous gène, nous glace, nous fait frissonner... Les acteurs bien sur y sont pour quelque chose, ainsi que la musique, mais le talent de K. Kurosawa y est pour bien plus. Le film joue comme aucun autre sur notre propre esprit: chacun le voit de façon différente (bien plus que pour les autres films j'entend !), et il faut plus se laisser porter par la succession des scènes qu'essayer de comprendre, de percer le mystère du jeune homme. Aucune réponse précise ne sera apportée                                          

 Le film pose plutôt des questions... Qui sommes nous, ou allons nous, que se cache-t-il au fond de nous, sommes nous tous des tueurs potentiels ? Questionnement très pessimiste, servit par une image noire, une réalisation sombre et de nombreuses scènes d'intérieur avec un faible éclairage... Qui est vraiment l'homme ? L'oubli, comme le disait Nietzsche, est il nécessaire à la vie, ou mieux, oublier est il un moyen d'atteindre un nouveau Moi, de s'épanouir ? C'est en tous cas ce que semble penser (et pratiquer) le jeune suspect. Ses réponse sont laconiques, et il est à la limite du mutisme. En replongeant dans ses notes, Takabe et Samura vont replonger dans son passé, leur seule véritable piste...

 

cure2 (1)  L'apprenti psychologue semble se considérer comme une sorte de médecin pour les gens, qu'il a "libéré" de leurs barrières morales, laissant place à leurs pulsions, pulsions de meurtre qu'il utilise...

 Voila donc un film, dont la peur et le suspense ne sont pas absents, mais ne domine pas: Calme pour un thriller, mais assez rapide et plein de rebondissement pour un film "psychologique".

Plus que psychologique, ce film est réflexif: on ne peut pas le regarder par dessus sa conscience, il nous met en face de questions auxquelles on réfléchi encore longtemps après...

Voila donc ce qu'on peut dire de cette oeuvre d'un homonyme du grand Akira, dont je n'oserai pas dire qu'il a son talent, mais qui du moins ne terni pas son nom. Bizarre, intriguant, anormal, étrange: c'est Cure, ou le remède spécial d'un évadé...

 

cure3

 

Carcharoth



Publié dans Japon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article