Old boy, une double vengeance, une double naissance

Publié le par Nostalgic-du-cool

Réalisé par Park Chan Wook, ce film est le deuxième (et mon préféré) de la trilogie de la vengeance initié par sympathy for mister vengeance et close par Lady Vengeance. Il raconte l'histoire d'un homme, enlevé et retenu pendant 15 ans dans une cellule, sans d'autres liens avec l'extérieur qu'une télé. Lorsqu'il sort, sa femme est morte, sa fille dans une famille d'adoption en Suède. Son mystérieux ravisseur l'appelle alors qu'il est en train de dévorer un poulpe vivant, et lui apprend qu'il a 5 jours pour comprendre sa rétention en ne lui donnant pour seul indice que cette phrase: "Le caillou coule aussi vite que le rocher".

Il se lie alors avec la jeune cuisinière qui vient de lui servir son étrange plat, et se fait heberger par elle. Il entreprend alors de remonter dans son passé pour comprendre ce qui semble être une terrible vengeance...

Bac Films

Parallélement, il recherche et trouve l'identité de celui qui gérait l'endroit ou il était sequestré. Après de rudes combats, il finit par apprendre qui est celui qui l'a enlevé, mais toujours pas pourquoi. En fouillant dans de vieille photos de classes, il découvre une fille portant le même nom, mais ne trouve pas le lien, que seul pourra lui révéler cet homme d'affaire qui semble être celui qui a payé pour ses 15 années de vie volés...

Bac Films

Un film très sombre, violent et poétique, une réflexion sans tabous sur la vengeance et sa portée, sur l'importance de tous nos actes. La musique est superbe, et fait bien ressortir le personnage et sa personnalité. Les tons sont vert, violet, pourpre, parfois hémoglobinesques, toujours somptueux.

Les dialogues sont cisélés, certaines phrases restent: "Rit, et tout le monde rira avec toi, pleure, et tu pleureras seul...", les mots ont un poid, tout comme dans l'histoire d'Oh Dae-Soo.

La violence, aspect sans doute central du film est bien présente, montrée sans cruauté ni perversion, juste ce que nécessaire pour le film et son réalisme. Oh Dae Soo, homme sans envergure, raté a-t-on envie de dire, renait au bout de 15 ans de haine, le temps de sa vengeance. De même pour celui que l'on considère comme "méchant", sitot son acte expliqué, il perd toute raison de vivre...Ils ont atteint les limites de la vengeance. Sentiment qu'il faut dépasser pour vivre.

*Grand prix à Cannes en 2004, meilleur réalisateur et acteur au le festival du film asiatique, meilleure musique au festival de Corée, etc...

A noter: Ce film est inspiré d'un manga écrit par Tsuchiya Garon

Carcharoth



Publié dans Corée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Carcharoth 20/05/2007 12:46

Comment ça surestimé ? explique, cite des exemples, je sais pas moi. C'est trop facile sinon de se la jouer.... éhéh

chewie 20/05/2007 10:40

j'ai trouvé ce film intéressant mais très surestimé.